« Infidèle un jour, infidèle toujours », cette phrase que vous avez  certainement déjà entendue vient d’être confirmée par une étude…

Une explication scientifique

Une recherche sur l’infidélité vient d’être publiée dans le magazine scientifique Nature. Les chercheurs se sont intéressés à la probabilité qu’une personne infidèle change réellement de comportement par la suite. Pour cela, ils ont examiné l’amygdale, la partie de notre cerveau qui peut avoir une réaction spécifique lorsque nous mentons, d’un échantillon de personnes infidèles. Mais ce qui est intéressant, c’est que l’amygdale est également responsable de nos émotions et surtout de signaler et évaluer notre niveau d’excitation.

Les conclusions de cette étude ont montré qu’il y avait une relation entre la fréquence d’être pris sur le fait en train de faire une chose que l’on ne devrait pas (comme l’infidélité) et la réaction de l’amygdale. Au plus régulièrement cela arrive, moins fort l’amygdale réagira. En d’autres termes, elle deviendra de moins en moins sensible. Une variable qui peut être mesurée scientifiquement, donc!

Toujours de bonnes excuses

De plus, plus une personne commet une erreur comme l’infidélité, plus elle sera capable de fournir une explication rationnelle à ses actes. « C’est arrivé parce que cela n’allait pas très bien entre nous », « ma copine ne veut jamais rien faire avec moi »… C’est donc aussi beaucoup plus facile pour un infidèle de garder le silence sur ses actes. « Je ne voulais pas faire de mal à ma femme, c’est pour ça que j’ai préféré me taire. »

Votre conjoint a déjà été infidèle? Pas de panique, il y a bien sur des exceptions à la règle. Par contre, s’il l’a déjà fait à plusieurs reprises, il y a des chances pour qu’il le refasse encore…

Une relation saine: