Cet article est dédié à toutes celles qui cherchent toujours la petite bête et qui se pourrissent le quotidien, même quand la vie leur sourit.

À chaque fois, c’est la même chose: que ce soit en amour, au travail ou dans n’importe quel pan de votre vie, dès que vous semblez atteindre vos objectifs, vous gâchez tout en agissant de manière idiote. Souvent inconscient, l’auto-sabotage peut faire des ravages sur notre carrière, notre vie sentimentale et notre moral.

C’est quoi l’auto-sabotage?

Savoir que vous devez maîtriser une langue pour le job de votre rêve et ne pas l’étudier. Avoir écrit un livre et tout faire pour ne pas le faire lire. Avoir un rendez-vous galant avec votre crush et tout faire pour que ça plante… Tant d’exemples de mini sabotages que l’on s’impose et qui nous pourrissent la vie. Concrètement, s’auto-saboter consiste à poser des comportements et des actions qui vont nous faire échouer dans nos objectifs. Ces mécanismes sont souvent inconscients et sont généralement liés à notre peur de l’échec. Il existe 4 types de mécanismes utilisés par l’auto-saboteur:

  1. La procrastination: il repousse les tâches qui l’aideront à atteindre ses objectifs en les remplaçant par des missions plus insignifiantes ou plus simples.
  2. La tendance à ne jamais rien terminer: il enchaîne les projets, les nouvelles activités mais ne va jamais au bout des choses par peur d’être confronté, au bout du chemin, à l’échec.
  3. Le perfectionnisme: afin d’être sûr et certain de ne pas faire d’erreur, il vérifie inlassablement ses dossiers et ne les remet jamais à temps.
  4. Les excuses: Souvent, ces personnes pointent du doigt les circonstances ou la malchance. Elles justifient leur échec par le « coup du sort » et se confortent dans l’idée que le monde est contre elles.

« C’est le serpent qui se mord la queue: la personne se persuade qu’elle ne peut pas réussir, met tout en oeuvre pour se planter et échoue dans les objectifs qu’elle s’est fixés. »

Est-ce que je m’auto-sabote?

Pour savoir si vous vous auto-sabotez, réfléchissez à vos objectifs et dressez une liste honnête de tout ce que vous faîtes pour y parvenir. Analysez-la ensuite: faites-vous réellement tout ce qui est en votre pouvoir pour atteindre vos objectifs? Si la peur du changement et la procrastination sont des maux qui touchent tout le monde, les personnes qui s’auto-sabotent sont paralysées par leur peur de l’échec et ne seront pas capables de l’outrepasser. C’est le serpent qui se mord la queue: la personne se persuade qu’elle ne peut pas réussir, met tout en oeuvre pour se planter et échoue dans les objectifs qu’elle s’est fixés.

Moi, moche et imposteur

L’auto-sabotage s’accompagne aussi généralement d’autres comportements négatifs. En plus de tout faire pour échouer, les personnes qui se sabotent ont tendance à souffrir du syndrome de l’imposteur: elles ont ainsi l’impression de ne jamais mériter leur place. Que ce soit en amour ou au boulot, elles s’attendent toujours à ce qu’une personne plus « compétente, belle ou intelligente » vienne les éclipser. Cela reflète d’ailleurs un grand manque de confiance en leurs capacités. Ces personnes sont aussi perfectionnistes et redoutent plus que tout au monde de commettre une erreur. Elles ressassent la moindre faute pendant des mois, ce qui nourrit leur peur de l’échec et leur sentiment de ne pas mériter leur place.

Comment arrêter l’auto-sabotage?

Bien entendu, il est difficile de changer des mécanismes dont nous n’avions pas parfois conscience. Vous devriez y aller étape par étape et ne surtout pas vous découragez si vous faites un petit écart!

  • Arrêtez de vous trouver des excuses. Soyez votre propre arbitre: est-ce que vous faites tout ce que vous pouvez pour parvenir à vos objectifs? Vos échecs sont-ils vraiment le fruit du sort ou la résultat de votre mauvaise volonté/inaction?
  • Si vous vous êtes auto-sabotée, trouvez l’origine de cette habitude. Qu’est-ce qui vous fait si peur?
  • Adoptez des pensées plus positives, faites taire cette petite voix qui dit que vous n’y arriverez pas.
  • Lorsque vous êtes dans un bon état d’esprit, dressez des listes de vos qualités et de toutes vos fiertés. Cela peut être des petits détails, des mots que vous avez exprimés au bon moment, des personnes que vous avez su écouter quand elles en avait besoin. Gardez ces listes dans un carnet dans votre sac, vous pourrez les utiliser quand la petite voix négative qui vous dit que vous êtes nulle ne veut pas se taire.
  • Soyez plus bienveillante vis-à-vis de vous et plus indulgente quant à vos erreurs. Pour y parvenir, lisez notre article sur comment éviter de ressasser ses erreurs du passé et enfin lâcher prise.

Sources: www.psychologue.net

+ d’articles psycho: