Fellation, cunnilingus: le sexe oral est un incontournable des plaisirs sous la couette. À condition de savoir comment s’y prendre…

Qui dit week-end de Saint-Valentin, dit soirées caliente avec chéri(e). Envie de booster vos compétences sous la couette et devenir la pro de la fellation/du cunnilingus? On décortique 5 mythes sur le sexe oral!

Vous ne parvenez jamais à atteindre le septième ciel en même temps? Les conseils de pro pour y arriver!

01

« Pas besoin de se protéger! »

Remettons les choses au clair: oui, vous pouvez choper une IST si vous ne vous protégez par lors d’une fellation ou d’un cunnilingus. Bien entendu, le risque est moins élevé que pour d’autres pratiques, mais il est toujours présent. Le sexe oral peut, dans de rares cas, transmettre le virus du VIH. Vous prenez également des risques de transmettre l’herpès, les gonocoques (qui peuvent toucher le pharynx) ou encore la chlamydia.

02

Aller toujours plus vite

Attention à ne pas aller trop vite lorsque vous pratiquez une fellation. En enclenchant directement la « 4e vitesse » vous risquez de blesser votre partenaire au niveau du frein. N’oubliez pas que le gland est une zone très sensible chez ces messieurs! Si vous voulez accélérer la cadence, vérifiez bien que votre main ne se situe pas trop haut, trop proche du gland.  Idem pour le cunnilingus, prenez votre temps, allez-y en douceur et ne vous précipitez pas.

03

À pleine langue

Oui, le sexe oral sert entre autres à lubrifier les zones concernées et « préparer le terrain » pour une éventuelle pénétration mais prenez votre temps: pas besoin d’activer le « mode limace » et d’y aller à gros coups de langue. Variez la cadence et n’hésitez pas à utiliser le bout de la langue pour titiller le gland ou le clitoris de votre partenaire. Frissons garantis.

04

Explorez d’autres contrées

Une fellation ne consiste pas uniquement à faire des va-et-vient avec sa bouche. Utilisez vos mains pour caresser votre partenaire. Testicules, cuisses, entrejambe, torse: faites durer le plaisir et n’oubliez aucune partie de son corps. Même chose pour ces dames, le cunnilingus ne consiste pas uniquement à tripoter le clitoris. Ce geste sera d’autant plus apprécié si vous ajoutez des caresses au niveau des lèvres, des cuisses et autres zones érogènes comme la poitrine.

05

Un partenaire n’est pas l’autre

Influencée par les films pornographiques, on veut combler son partenaire et on est parfois trop entreprenante. Les fellations, comme les cunnilingus, peuvent mettre votre partenaire mal à l’aise. N’oubliez pas d’en discuter avant car un partenaire n’est pas l’autre… Si votre conquête précédente appréciait que vous stimuliez sa prostate, gardez à l’esprit que cette pratique fait encore peur à beaucoup d’hommes.

Pour une soirée torride: