Votre bureau est reconnaissable entre mille: aussi désordonné et rempli que le sac de Mary Poppins. Si vos collègues apprécient le fait que vous êtes parée en toute occasion (des mouchoirs? J’ai! Besoin d’une aspirine? J’ai aussi! Un cure-dent? C’est bon je m’en charge!), ils vous réprimandent en permanence sur votre manque d’organisation et d’ordre. Pourtant, peu importe le nombre d’objets accumulés, vous retrouvez TOUJOURS ce que vous cherchez? C’est normal: selon plusieurs études, le désordre serait un signe d’intelligence et de créativité!

Un bazar organisé

On vous l’a déjà dit et on le répète, derrière chaque défaut peut se cacher une qualité. On savait déjà que les retardataires étaient plus positives que les personnes ponctuelles; désormais, on peut également dire, grâce à plusieurs études, que les personnes bordéliques seraient plus intelligentes que la normale. Qui sont ces chercheurs qui vont être adorés par toutes les « anti-rangements » de la planète? Une équipe de chercheurs de l’Université du Minnesota, aux États-Unis, qui s’est penchée sur la question du rangement et du bien être.

La créativité au rendez-vous

« Comment ont ils pu mesurer cela », diront les jalouses. C’est très simple: les scientifiques ont mené une expérience particulière sur deux groupes d’individus. La première moitié des participants a travaillé dans un environnement propre et rangé, les autres ont dû bosser dans une salle désordonnée. Les deux groupes devaient fournir des idées originales. Résultat : les volontaires du second groupe ont mieux réussi cet exercice que leurs homologues. Après cette première constatation, les scientifiques ont décidé d’aller plus loin et ont découvert que, de manière générale, les personnes ayant un bureau bordélique sont plus créatives et osent davantage essayer de repousser leurs limites.

Pas encore convaincues? Parmi les plus grandes têtes qui ont fréquenté ce monde, on compte de nombreux bordéliques tels qu’Albert Einsten, Thomas Edison ou encore Steve Jobs. Et toc!

Poursuivre votre lecture:

PARTAGER