Amitié: peut-on tout se dire?

Amitié: peut-on tout se dire?
(c) Shutterstock

Trouver le juste équilibre entre tout dire et ne rien dire peut parfois s’avérer une tâche délicate en amitié. La parole est d’argent et le silence est d’or, certes, mais parfois, ne vaut-il mieux pas privilégier la vérité au mensonge?

Se forgeant à coups de fous rire et de complicité, l’amitié demande patience et confiance. Ainsi, dire la vérité à un(e) ami(e) part bien souvent d’une bonne intention. Mais cela mène parfois à un effet inverse (colère, rancune) plutôt qu’à de la reconnaissance. Alors, finalement, on fait quoi? 

Peser le pour et le contre

Dire la vérité relève bien souvent d’un désir de franchise plutôt que d’une envie de blesser un(e) ami(e). Pourtant, même si réfléchie, une parole peut briser une amitié. Pensez à peser le pour et le contre. Demandez-vous quelle est la réelle intention de votre démarche. Le faites-vous parce que vous aimeriez qu’on vous dise la vérité si vous étiez à la place de votre ami(e)? Ou bien est-ce parce que vous ressentez le besoin de lui dire pour son bien?

« Demandez-vous quelle est la réelle intention de votre démarche »

Pensez à ce qui se trouve réellement derrière votre intention: est-elle sincèrement bienveillante? Ne réside-t-il pas un brin de jalousie derrière? Une envie d’être à égalité avec votre ami(e)? Il est essentiel de se poser toutes ces questions avant de lâcher quoique ce soit. Qu’il s’agisse d’une tromperie, d’une prise de poids ou de tout autre chose, réfléchissez aux conséquences de vos paroles.

Un rôle parfois inapproprié

Dire la vérité à un(e) ami(e) ne relève peut-être pas toujours de votre personne. Vous êtes son ami(e), vous êtes là pour le ou la réconforter, pour l’aider à traverser des épreuves parfois douloureuses. Peut-être n’êtes vous pas là pour lui renvoyer une vérité qui risquerait de la blesser plutôt que de la soulager et lui faire du bien. Une autre personne de son entourage est peut-être plus apte que vous pour annoncer une quelconque vérité.

« est-ce à vous de lui annoncer? peut-être cela n’est-il pas votre rôle… »

Si pas, si vous en ressentez le besoin et que cette vérité vous brûle les lèvres, alors posez vos intentions avant de déballer ce que vous avez à dire ou à annoncer à votre ami(e). Insistez sur la bienveillance de votre acte, sur la nécessité tant pour elle/lui que pour vous de dire les choses et surtout, prenez des pincettes, ne laissez pas votre nature « brute de décoffrage » prendre le dessus. On ne peut jamais prédire la réaction d’autrui, en revanche, il est possible d’essayer de l’anticiper lorsqu’on connait la personne. Orientez vos paroles de façon à jouer sur la douceur et la délicatesse.

Il ne s’agit pas ici d’établir des règles bien précises sur que dire et ne pas dire à ses amis, mais plutôt de dessiner une conduite, une manière de tourner les choses lorsque la vérité devient trop imposante, trop lourde, que pour rester taiseux. Dire les choses n’est pas toujours la meilleure chose à faire, mais lorsque cela s’impose, il est important de peser chacun de nos mots, pour ne pas briser une amitié chère à nos yeux. 

A lire également

 

PARTAGER