Alors que l’aventure de The Voice saison 8 touche à sa fin, le leader de Puggy et coach Matthew Irons nous raconte les coulisses d’une photo chère à son coeur.

« On remplissait Forest National… »

"The Voice": Matthew Irons raconte sa photo perso préférée

Cette photo a été prise le 9 décembre 2016 par Kmeron, le photographe qui nous suit depuis nos débuts. On est à la fin du concert, au moment du premier rappel. Certains groupes voient cette chanson comme faisant partie intégrante du show. Nous, avec
Puggy, on a toujours considéré ça comme un instant de détente. L’occasion de nous autoriser une reprise, de nous faire plaisir et de faire plaisir au public. D’autant que ce concert avait une signification toute particulière. Notre troisième album était disque de platine en Belgique. Là, on remplissait Forest National.

« J’ai l’impression que Kmeron a vraiment su capturer un moment de partage. »

Une grande fierté, évidemment, mais aussi une belle victoire pour un groupe belge, mais pas que pour nous. Ces gens qu’on aperçoit derrière nous, ils étaient 8 000 (certains venus de très loin), c’était aussi leur victoire. Notre public a toujours cru en nous quand d’autres refusaient de le faire. Après-coup, on s’est dit que nos fans n’avaient probablement pas réalisé à quel point ils nous avaient transmis leur amour, ce soir-là. Sur cette photo, on nous sent très proches, Romain, Ziggy et moi. Aujourd’hui encore, même si on fait une pause en attendant le prochain album, on se voit tous les jours. Cette complicité, elle dure depuis quinze ans.

« Depuis le début de l’aventure Puggy, on s’est toujours refusé d’être nostalgiques. »

Mais à ce moment précis du concert, on se regarde et on se dit : “On l’a fait !” On sourit comme des gosses, c’est Noël avant l’heure. On s’est battus et on y est arrivés. J’ai l’impression que Kmeron a vraiment su capturer un moment de partage. Cette image nous rappelle que la chanson, c’est une passion avant d’être un métier. Depuis le début de l’aventure Puggy, on s’est toujours refusé d’être nostalgiques. On était ambitieux, on a toujours voulu aller de l’avant. Cette photo aurait pu nous faire peur. Les bilans, ce n’est pas notre truc. Mais ici, c’est différent. Autour de nous, même si on ne les voit pas, il y a notre ingé son, notre éclairagiste… Tous ces gens avec lesquels on discute, on échange sans idée de hiérarchie. Juste pour le plaisir de la musique. Cette photo, c’est aussi la leur. »

Lisez aussi: