Angèle est notre Guest d’octobre! Notre rencontre avec la jeune chanteuse nous a confortés dans l’idée que si sa carrière est fulgurante, son esprit l’est tout autant. Les idées fusent, le flot de paroles est généreux et spontané. Elle se livre et assume. Parce qu’elle est légère et lucide à la fois. Par Myriam Leroy. Photos: Charlotte Abramow. 

Angèle en vrai

En un an, après une tonne de concerts et trois singles aux clips qui se sont répandus comme des virus sur le Net, Angèle est passée du statut de next big thing à celui de star. Une ascension d’autant plus dingue que son premier album, Brol, s’apprête seulement à sortir (le 5 octobre).

Meet our Guest: Angèle, phénomène humaine

Angèle fait les choses à sa manière, dans un savant dosage de spontanéité et de grand professionnalisme. Le jour où nous la retrouvons dans un snack branché du centre de Bruxelles, son temps est minuté. Elle sort d’un shooting et s’apprête à rallier Pairi Daiza, où elle fera risette à ses amies les loutres (à découvrir dans le magazine). Mais cette jeune fille moderne a tant de choses à dire sur tous les sujets qu’avec une heure d’entretien, on aurait de quoi noircir des dizaines de pages.

AUTOBIO EN 3 DATES

Octobre 2000 «J’ai 5 ans, je suis en 1re primaire. Une surveillante vient chercher
les élèves qui doivent aller au solfège. “Solfège”, ce mot me plaît. Le soir même je déclare à mon père que je veux aller en classe de solfège. Il m’emmène chez Ania, jeune professeure de piano, avec un joli accent russe. Elle réussira à m’apprendre les bases de la théorie musicale sans m’ennuyer. Elle me suivra jusqu’à mes 18 ans et il m’arrive encore de l’appeler pour lui poser des questions.»

Juin 2014 «J’ai 18 ans, je finis ma rétho à Decroly et je suis très angoissée à l’idée de finir l’école. Je pleure dans la cuisine en dramatisant un peu (adolescence oblige) et je dis à ma mère que je ne sais pas quoi faire de ma vie. Elle me demande simplement ce que j’aime le plus faire en dehors de l’école, je réponds: “Le piano.” Elle me dit: “Bah, commence par ça.” La semaine d’après, je vais m’inscrire au Jazz Studio d’Anvers avec mon père.»

4 février 2016 «Mon premier concert seule. On a organisé ça avec Sylvie (ma manager) dans un bar à Ixelles. L’événement Facebook ramène pas mal de monde. J’ai une chemise bleue qui laisse apparaître deux auréoles aux aisselles. Je suis près de la porte d’entrée et les gens doivent passer devant moi quand ils entrent. C’est maladroit, mais c’est le début de quelque chose.»

Retrouvez notre rencontre avec Angèle en intégralité dans le GAEL d’octobre, disponible en librairie!

Ce que vous réserve le GAEL d'octobre

PLUS DE GUESTS: