Derrière The Voice Belgique se cache une équipe hyper soudée et une mécanique très bien rodée… Maureen Louys, aux commandes de l’émission depuis dix ans (!), nous emmène dans les coulisses du programme. Par Anne-Sophie Kersten. Photo: doc. privé.

L’instantané de Maureen Louys

Cette photo Snapchat date de 2019, une veille de live de la saison 8 de The Voice. On l’a prise dans la zone qui surplombe le plateau, où se concentre la production et où il y a, entre autres, le prompteur.

C’est là qu’on donne la touche finale à mes textes, pour qu’ils soient fluides et teintés de
ma touche personnelle, afin que je puisse les dire de façon très naturelle. C’est un lundi, veille d’un direct, toujours une grosse journée de répétition, bien nécessaire pour ficeler les innombrables aspects techniques du live du lendemain. Ce programme est une grosse machine hyper minutieuse : sur les lives, on est une centaine de personnes à s’activer ! Et tout le monde sait exactement ce qu’il a à faire, à la minute près. C’est le cas des cadreurs des 15 caméras, des opérateurs qui aident à les déplacer, des hommes du son, des maquilleuses, des régisseurs, des hôtesses, de l’équipe de production…

Quand le public vient sur place et qu’il voit ça en vrai, il est bluffé par ces mouvements réglés comme du papier à musique : vite on enlève le piano, vite on lance les effets pyrotechniques… Tandis qu’à la maison, le téléspectateur ne se doute de rien. Depuis dix ans qu’on bosse ensemble sur cette émission, on est devenus une vraie famille. Je suis heureuse de pouvoir vous parler de cette équipe que j’adore. On termine parfois très tard, surtout les soirs de live. Ça resserre les liens, cette excitation du direct, ces horaires décalés. Outre que j’aime ce format d’émission et les valeurs qu’elle véhicule, l’entente avec mes collègues contribue énormément au plaisir que j’ai à présenter The Voice. Il y a une vraie bienveillance. Le jour où ça s’arrêtera, je vais faire un babyblues, c’est sûr ! Heureusement, vu l’audience, ce n’est pas demain la veille.

Sur la photo, dernières leurs moustaches, il y a Valentine Leenders, assistante de production et qui gère le prompteur — eh non, je n’ai pas la mémoire d’éléphant qu’on me prête parfois ! —, et Alexandre Mazoyer, rédacteur en chef de l’émission. Lors des répétitions, il y a parfois des moments d’attente : ici, on les occupe en s’amusant avec des filtres Snapchat. On blague beaucoup. Un jour, mes chers collègues sont allés jusqu’à ajouter sur mon prompteur une phrase qui n’avait rien à voir.

Dans mon oreillette, j’ai les voix de quatre personnes : Valentine et Alex, qui sont sur la photo, ainsi que Leslie Cable, productrice, et Jean-Philippe Luxen, réalisateur. J’ai besoin d’être en contact avec eux. Avec Alexandre pour les infos de dernière minute : “On est sûrs que ce candidat a bien 17 ans ?” Avec Valentine : “Finalement, on ne va pas dire ça : sucrons cette phrase.” Entre nous, on débriefe parfois en direct : “Oh, ce moment est dingue !”

En 10 ans, on est devenus super rôdés, du coup on se permet parfois certaines libertés qui font la touche belge. Les coachs, par exemple, se déplacent plus que dans les autres The Voice, ils font des mini-happenings. On aime ne pas se prendre au sérieux, même si l’enjeu est important pour le talent. C’est ainsi que je me suis retrouvée en robe à paillettes à faire le sommaire de la finale de la saison 9 en bougeant sur une chorégraphie, entourée de danseurs : ça m’a stressée comme jamais, une pression de fou, mais ça a bien roulé. J’ai adoré ! »

SON ACTU

  • Maureen présente la saison 9 de The Voice Belgique, sur la Une : les lives commencent le 2/3 et la finale aura lieu le 6/4.
Loïc Nottet est notre Guest du mois! Découvrez notre rencontre en exclusivité dans le tout nouveau GAEL, disponible en librairie.

Lisez aussi: