Plutôt cordon bleu ou « Cauchemar en cuisine »? Du repas aux conversations, notre guest Stéphane De Groodt nous dit comment il reçoit ses invités.

Quand Stéphane De Groodt reçoit…

LEVER LE PIED

« Avant, je passais des heures à préparer zakouskis, entrée, plat, dessert. Le soir, je passais les trois quarts de mon temps à m’affairer. Les invités partis, je me disais : “Je n’ai pas parlé avec eux ! Je me suis fait plaisir à cuisiner, mais en ont-ils eu autant ?” Depuis, j’essaie de cuisiner un plat simple, à caler au four—un parmentier de canard aux figues, récemment — pour être ensemble à table. »

LEVER DE RIDEAU

« Pour la déco, j’achète des fleurs, des pivoines roses, par exemple. J’adore ça. Je place des fruits et des légumes dans de grands paniers, ça met de la vie. J’essaie de trouver de chouettes serviettes. J’ai hérité de ma grand-mère le goût des verres, et j’aime aussi acheter des assiettes. Les dernières étaient en grès rouge. Ça donne très bien sur des sets de table en paille ceinturés de noir. »

LEVER LE NEZ

« Je regarde sans arrêt si chacun a son verre rempli, a assez à manger, est content. Si j’ai servi de la viande et que quelqu’un n’a pas osé me dire qu’il n’en mangeait pas, j’élabore vite un plat avec les tomates et la mozza du frigo. Donc j’achète toujours pour quinze si on est huit. »

DÉCOUVREZ NOTRE RENCONTRE AVEC STEPHANE DE GROODT EN INTÉGRALITÉ DANS LE GAEL D’AOÛT, DISPONIBLE EN LIBRAIRIE!

PLUS DE GUESTS: