Dans le tout dernier numéro de GAEL, huit GAEL Guests évoquent leur maman, le précieux rôle qu’elle a joué dans leur enfance mais encore aujourd’hui. Et nos V.I.P. n’hésitent pas à gentiment les égratigner un peu au passage!

Adrien Devyver évoque sa maman, le précieux rôle qu’elle a joué dans son enfance mais encore aujourd’hui. Il nous raconte la relation fusionnelle qu’il entretient avec sa maman à travers cinq questions.

Famille, amour, intimité, découvrez une partie du jardin secret d’Adrien Devyver!

Sa plus grande qualité ?

Son empathie, son extrême gentillesse. Cette idée que les besoins des autres passent forcément avant les siens.

Là, elle est casse-c… !

Peut-être ça, justement, elle veut tout le temps aider et s’oublie dans la foulée.

Un pouvoir magique qu’elle avait dans vos yeux d’enfant ?

Avec elle, j’étais en sécurité. Mon papa travaillait tard, elle s’est beaucoup occupée de nous. C’était rassurant, mais ça créait l’absence et parfois l’angoisse quand elle n’était pas là.

Vous lui téléphonez pour quoi ?

Surtout pour des questions d’ordre pratique. Puisqu’elle habite à deux pas de chez moi et qu’elle s’occupe pas mal de mon fils. On reste très fusionnels.

« À l’adolescence, il y a eu des clashs, mais les clashs permettent de dire la vérité »

Un message à lui faire passer ?

Rien que je ne lui aie déjà dit. On a cette chance d’être proches, de l’avoir toujours été. À l’adolescence, il y a eu des clashs, mais les clashs permettent de dire la vérité. Je lui redirais de prendre soin d’elle, car on ne s’occupe jamais aussi bien des autres que quand on s’est occupé de soi.

L’ACTU D’ADRIEN

Retrouvez Adrien Devyver un jeudi sur deux dans Le Grand Cactus, sur La Deux. Mais aussi sur la chaîne YouTube de La Chambre des représentants (LaChambreBE). Il explique le fonctionnement de cette institution qui peut sembler floue. « Parce qu’on vote bientôt et que c’est important. »

Retrouvez l’ensemble des interviews de nos GAEL Guests dans votre GAEL du mois de mai, disponible en librairie dès maintenant.

À LIRE AUSSI: