La première fois qu’on l’a vu sur scène, il rôdait son premier spectacle et on est tombés en amour immédiat pour ce type drôle à en laminer les abdominaux. 1,88 m d’intelligence, de failles et d’humour trash. De gentillesse aussi, parce que ce garçon de 37 ans est fondamentalement charmant. Par Florence Hainaut. Photos: Laetizia Bazzoni.

Guillermo Guiz en vrai

« T’es sûre, tu veux rien boire ? Un café ? Une eau pétillante ? » Au Kings of Comedy Club, Guillermo Guiz est chez lui. Ce café-théâtre ixellois l’a vu débuter quand il a décidé de s’essayer à la blague. Aujourd’hui, avec son pote Alex Vizorek, il a racheté une partie de l’établissement. Ajoutez « homme d’affaires » à son CV dans lequel une mère chat ne retrouverait pas ses petits. Gamin, il se voyait en Diable rouge. Il a failli étudier la philo, opté pour les sciences politiques, été journaliste, puis gérant de boîte de nuit. Puis chroniqueur à la RTBF, sur la Première et dans 69 minutes sans chichis avec Joëlle Scoriels. Puis un jour, France Inter l’a repéré, il est parti à Paris et depuis, c’est flonflons, musette et gloire. Guy, de son vrai nom, est un ket d’Anderlecht. Pas un franc à la maison, mais un père riche de références culturelles.

« Si sa vie suit son cours avec la même cohérence qu’elle a eue jusqu’ici, dans cinq ans, il sera peut-être chamane, écrivain ou politicien. »

Côté choix du prénom, en revanche, c’est plus pratique pour blaguer que pour draguer. « Guy, un prénom qui pue le sexe. Guy, sociale- ment, pour démarrer dans la vie, c’est l’équivalent d’un bec de lièvre. Je me serais appelé Loïc, j’aurais perdu mon pucelage des années plus tôt. Et peut-être même gratuitement. » Guillermo Guiz a rejoint la longue liste des « petits Belges qui brillent à Paris ». Mais si sa vie suit son cours avec la même cohérence qu’elle a eue jusqu’ici, dans cinq ans, il sera peut-être chamane, écrivain ou politicien. « Mon père m’appelait “On a tout essayé”. Jeune, j’étais comme ça aussi, j’ai toujours eu plein d’obsessions qui passaient vite. Il n’a jamais su que je faisais du stand- up, il est mort avant, mais s’il m’avait vu, il aurait dit : “Ah bah c’est reparti, qu’est-ce qu’il va nous foutre à faire des blagues, là ?” »

Guillermo Guiz: son autobio en 3 dates

Mai 1988 « Je suis en première primaire et je milite pour la réélection de François Mitterrand contre Jacques Chirac ! J’ai très tôt été très politisé. Au point d’essayer de convaincre mes copains de 7 ans d’aller voter aux présidentielles dans le pays d’à côté. J’étais un peu atypique pour mon âge… »

Juin 2004 « Jeme décide à faire un tour du monde avec mon meilleur ami. On décide de démarrer par Madrid, histoire de voir le monde avec un bon bronzage. Un an plus tard, je suis toujours à Madrid. C’est le tour du monde le plus claqué de l’histoire du voyage. »

27 décembre 2018 « Ma productrice m’avait dit : “Tu vas voir, on va te faire jouer dans une super salle.” Quand j’ai appris que c’était le Bataclan, j’étais un peu anxieux. Au final, je l’ai fait, y compris mon sketch sur le terrorisme et ça a été l’un des moments les plus forts que j’ai vécus jusqu’ici. »

Pssst: tentez votre chance ici et remportez votre place pour l’avant-première du nouveau spectacle de Guillermo Guiz, Au Suivant, au Théâtre de la Toison d’Or ce 22 janvier!

Découvrez notre rencontre avec Guillermo Guiz en intégralité dans le GAEL de février, disponible en librairie.

Ce que vous réserve le GAEL de février

PLUS DE GUESTS: