La marque de luxe met enfin un terme à la commercialisation de la fourrure d’origine animale. Un petit pas pour Gucci, un grand pas pour la mode!

Du changement en vue

La mode de luxe est en plein changement! Après Dior, YSL and co qui décident de zapper les mannequins taille 32 de leur défilé, voici qu’il y a du nouveau dans un des plus vieux débats vestimentaires: pour ou contre la fourrure? Cette fois-ci, la marque Gucci a décidé de ne plus être passive et d’enfin prendre position sur le sujet. Comment? En bannissant toutes fourrures d’origine animale de leurs podiums!

Pour Marco Bizzarri, président de Gucci: « La conscience sociale est une des valeurs fondamentales de Gucci, et nous continuerons à travailler pour respecter encore davantage l’environnement et les animaux. Avec l’aide de la Fur Free Alliance et l’association italienne LAV, Gucci est heureux de franchir cette étape. Nous espérons que notre engagement pourra contribuer à d’autres innovations et prises de conscience, afin de rendre l’industrie de la mode plus éthique », a-t-il assuré.

Quid des anciennes pièces?

Cette mesure entrera en vigueur à partir de la collection printemps-été 2018, a assuré le président de Gucci. Du coup, que se passera-t-il avec le stock de fourrures détenu par la marque? Ces pièces seront vendues aux enchères et les recettes de cette vente seront intégralement reversées aux organisations de défense des droits des animaux Humane Society International (HSI) et LAV (une association italienne).

GAIA ravi

La marque rejoint ainsi les quelques maisons qui bannissent les fourrures comme Giorgio Armani, Hugo Boss ou Ralph Lauren. « Avec cette décision, le monde de la mode passe un cran au-dessus sur le plan éthique », a commenté Ann De Greef, directrice de Gaia. « Gageons que d’autres marques leur emboîteront le pas afin de répondre à une demande des consommateurs pour une mode éthique et durable qui se fait de plus en plus pressante », a-t-elle poursuivi.

Poursuivez votre lecture:

PARTAGER