Vous n’avez jamais osé vous offrir un tatouage de peur d’être discriminé(e) sur le marché du travail? Une nouvelle étude mène la vie dure aux préjugés.

Des chercheurs de l’Université de Miami aux USA et celle de Western Australia Business School ont collaboré sur une recherche visant à savoir si les tatouages constituent réellement un facteur de discrimination à l’embauche et au salaire.

Fin au tabou du tatouage

Si certaines recherches antérieures ont démontré que les personnes tatouées étaient mal perçues par les employeurs, c’est surtout valable pour les détenteurs de tatouages très visibles et plutôt imposants. En prenant compte de ce paramètre, la recherche publiée dans Sage Journals a abouti sur une constatation un peu surprenante. En réalité, il n’existerait aucune preuve empirique discriminatoire d’emploi ou de salaire à l’égard des personnes tatouées.

Art corporel et expression personnelle

Si, à notre époque, la norme serait plutôt au tatouage que l’inverse, il persiste une vision un peu négative autour de ce dernier. Pourtant, dans l’échantillon observé aux Etats-Unis, les salaires des individus tatoués ne sont aucunement différents des employés non-tatoués. Dans certains cas même, il semblerait que les personnes tatouées trouvent plus facilement du travail.

« Les anciens stigmates associés aux tatouages, et en particulier aux tatouages imposants et visibles, peuvent être érodés, en particulier chez les jeunes qui considèrent l’art corporel comme une forme d’expression personnelle naturelle et commune », déclare Michael French, un des auteurs de l’étude.

La preuve: il existe même un Jour national du tatouage aux Etats-Unis, le 17 juillet. Et le département de la police d’Austin au Texas en a profité pour passer un message: ils engagent sans problème des personnes tatouées si elles sont qualifiées.

Genre et visibilité

Aux USA, selon le Pew Research Center, centre de recherche social dans les modes démographiques, la plupart des adultes tatoués, jeunes ou plus âgés, déclarent ne pas avoir de tatouages visibles lorsqu’ils sont en tenue de travail (72%). Ce sont les hommes les plus susceptibles d’avoir des tattoos plus imposants et visibles que les femmes (23% contre 13%) et ce dans tous les groupes d’âge étudiés. 1 femme sur 10 a admis que ses tatouages pouvaient être visibles dépendant de sa tenue.

Lisez aussi: