D’Emmanuel Macron à Ryan Gosling, de Youssou N’Dour à Paul Polman (CEO d’Unilever), ils sont plusieurs figures de proue à défendre l’égalité hommes-femmes. Des voix qui comptent!

Le féminisme a longtemps été une question exclusivement féminine, mais la donne est en train de changer. Depuis que le combat pour le droit des femmes s’est étendu à l’égalité des genres, de plus en plus d’hommes s’engagent dans le débat. Moment charnière de cette évolution: le lancement, en 2014, de la campagne «HeForShe» ou «Lui pour Elle», par l’ONU Femmes.

He For She

En tant qu’ambassadrice de la campagne, l’actrice Emma Watson avait appelé les femmes membres de l’organisation à faire participer les garçons et les hommes au combat pour l’égalité des sexes. Parce qu’ils souffrent également de la culture machiste. Eux ne sont pas toujours libres d’exprimer leurs émotions; ce qui les rend plus sujets aux problèmes mentaux, disent les études.

Les femmes doivent être encouragées à relever des défis, parce qu’elles pensent encore souvent qu’elles n’y arriveront pas.

La campagne a fini de résonner dans le monde avec l’engagement de 30 personnalités fortes: 10 CEO de multinationales- dont Adam Bain de Twitter et Dominic Barton de McKinsey –, 10 chefs d’État – dont les présidents du Malawi et de la Finlande – et 10 représentants d’universités, comme ceux d’Oxford et Sciences Po Paris. Cet « impact des champions » vise non seulement à promouvoir l’égalité au sein de leur propre structure, mais aussi à répandre le message-clé de la campagne au dehors.

Un rôle de facilitateur

On sait depuis longtemps que les hommes jouent un rôle de « facilitateurs » dans l’égalité des genres. L’Histoire a montré que chaque progrès réalisé pour les femmes avait en partie été concrétisé par les hommes. Au début du 20e siècle, les suffragettes font pression sur les dirigeants masculins, mais ce sont finalement les hommes qui rendent leur droit de vote possible.

Il n’empêche, le chemin reste long. Sphère privée ou professionnelle, les femmes ont toujours plus de difficultés que les hommes:

  • Elles sont plus touchées par la pauvreté et les premières victimes de la crise économique.
  • En Europe, l’écart salarial entre les sexes est encore de 16,3 %.
  • Trois femmes sur quatre disent avoir souffert de discrimination pendant leur grossesse ou leur parentalité.
  • Dans le parcours universitaire, entre autres, le plafond de verre est un phénomène persistant, alors qu’il y a plus de femmes que d’hommes qui sortent diplômées des universités. Mais à mesure que leur carrière avance, elles tombent du navire.
  • À peine un tiers des parlementaires des pays de l’Union européenne et un peu moins d’un quart des membres du conseil d’administration des sociétés cotées de l’UE sont des femmes.

Les visages du changement

Que ce soit en politique, dans le milieu sportif ou artistique, plusieurs hommes se battent pour l’égalité homme-femme. Parmi eux, on retrouve le président français Emmanuel Macron. Avant les élections, le leader du parti « En Marche » promettait, s’il devenait président, de mettre en place un cabinet composé à 50 % d’hommes et 50 % de femmes. Macron a tenu promesse. Fraîchement arrivé à l’Élysée, il formait un gouvernement totalement paritaire, geste qui lui valut le titre de « Nouveau Justin Trudeau ». Fin 2015, le premier ministre canadien avait en effet fait parler de lui à l’échelle internationale en constituant un gouvernement mixte. Et au journaliste qui lui avait demandé « pourquoi », il avait répondu: « Parce que nous sommes en 2015! ».

Autre porte-parole du mouvement Ryan Gosling. Le partenaire d’Emma Stone dans La La Land, évoque très souvent, dans ses interviews, le sujet des salaires des actrices et éveille ainsi les consciences. Merci Ryan!

GAEL en octobre Plus d’informations et d’interviews sur le sujet dans notre supplément GOLD Power, offert gratuitement avec le GAEL d’octobre.

Sur le même sujet: