La série de Sarah Watson est la bonne surprise télévisuelle de l’été. A mi-chemin entre Girls et Le Diable s’habille en Prada, The Bold Type est une série feel-good comme on les aime, mais pas que. Focus sur la série qui va vous rendre accro.

01

L’amitié au féminin

The Bold Type suit le quotidien de trois amies employées par le magazine féminin Scarlet (équivalent du Vogue américain).

  • Jane (Katie Stevens) est rédactrice junior.
  • Sutton (Meghann Fahy) est assistante mode.
  • Kat (Aisha Dee) est responsable des réseaux sociaux.

Elles partagent leurs secrets les plus gênants et leur intimité (on pense à la scène avec le Yoni egg…). La série explore avec honnêteté l’amitié des trois copines qui adorent se rejoindre pour papoter et débriefer dans le dressing du magazine. Quant à leur boss, elle n’a rien à voir avec Miranda Priestly. Au contraire, Jacqueline (Melora Hardin) est une rédactrice en chef bienveillante (on l’adore!)

02

Du glamour

La série s’inspire librement de la vie de Joanna Coles, ex-éditrice en chef de Cosmopolitan. L’action se déroule dans un monde qui fascine, celui de la presse féminine. Les héroïnes vivent dans un New-York ultra glamour, bien que peu réaliste. Même si le coût de la vie devrait être exorbitant pour des vingtenaires, Jane, Sutton et Kat possèdent une garde-robe haute couture et habitent dans des lofts branchés. Et évidemment, il y a des (très) beaux mecs. La série n’évite pas les clichés, mais ça fait du bien de rêver, non?

03

Un féminisme assumé

The Bold Type livre un message honnête sur la femme d’aujourd’hui. Jane assume n’avoir jamais eu d’orgasme, Kat affirme sa tendance bisexuelle, Sutton rêve de s’émanciper et d’être indépendante financièrement. Les trois héroïnes n’ont pas peur de prendre des décisions difficiles pour avancer, avec ou sans leur mec. On est loin de Carrie Bradshaw dont la vie semblait tourner autour de Mr Big.

04

Des sujets forts

On vous le disait, The Bold Type est une série feel-good, mais pas que. En seulement 7 épisodes (la saison 1 en comptera 10), des sujets importants tels que le cancer du sein, l’identité sexuelle, les bouleversements dans le milieu journalistique, la violence des réseaux sociaux ou encore la religion ont été abordés. Tant de thèmes sociétaux osés qui sont traités sans fioritures.

05

Des articles réels

Si comme nous vous adorez la série, vous savez que Jane écrit un article à chaque épisode. Le plus connu? Son papier où elle avoue, ouvertement et fièrement, qu’elle n’a jamais eu d’orgasme. Sur le site de Freeform, la chaine qui diffuse la série, les articles de Jane et de son plan cul/petit ami Pinstripe sont mis en ligne. Selon Cosmopolitan, c’est la sexologue Shannon Boodram qui se cacherait derrière ces articles.