Rien de tel que de commencer l’année avec le plein de nouveautés ciné. Notre journaliste Juliette Goudot vous présente ses 3 coups de coeur du mois.

01

Les Huit Montagnes

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

« Quel que soit notre destin, il habite les montagnes au-dessus de nos têtes. » Fine fleur du cinéma flamand, l’ultra-doué Felix Van Groeningen (La Merditude des choses, Alabama Monroe, My Beautiful Boy) – ici en coréalisation avec Charlotte Vandermeersch – adapte le roman Les Huit Montagnes de Paolo Cognetti (prix Médicis étranger 2017). Ode à la montagne et à l’amitié, le film suit le lien indéfectible entre Bruno et Pietro, deux amis d’enfance qui se retrouvent chaque année dans la vallée d’Aoste pour construire une maison. Sublime.

02

L’immensita

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Elle a ébloui la dernière Mostra de Venise, mais cette fois sans Pedro Almodovar et dans le rôle d’une italienne. La star espagnole Penelope Cruz s’est fondue dans l’univers mélancolique et lumineux d’Emanuele Crialese (Respiro) pour raconter l’histoire d’une famille romaine dans les années 1970 à travers le regard d’une adolescente qui a du mal à s’identifier comme fille. Le plus personnel des films de Crialese.

  • En salles le 11/1
03

Living

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

C’est un film né du désir d’un écrivain. Celui de Kazuo Ishiguro (auteur des Vestiges du jour et prix Nobel de littérature) d’adapter Vivre, film culte du cinéaste nippon Akira Kurosawa, à l’Angleterre de l’après-guerre. On y suit le destin de William, chef de service dans la haute administration qui, atteint d’un cancer, décide de mener à bien la restauration d’une aire de jeu pour enfants. Et de vivre, tout simplement. Sous la caméra d’Oliver Hermanus, l’interprétation de Bill Nighy (Love Actually) est tout simplement immense, à faire pleurer de délicatesse. On demande déjà l’Oscar!

LISEZ AUSSI: