Sabine? Margaux? Jessica? Vos parents ont hésité entre plusieurs prénoms? Sachez que ce choix a peut-être influencé votre physique!

C’est une des décisions les plus importantes à faire en tant que parent: donner un prénom à son enfant. Le choix est si vaste qu’il est difficile de ne s’arrêter que sur un seul prénom! Et si cette décision était bien plus considérable qu’on ne le croit? Selon une étude franco-israélienne, notre prénom influencerait notre physique. Si l’étude peut paraître de prime abord assez étrange, elle est pourtant très sérieuse. Petit résumé de cette enquête scientifique publiée en intégralité dans Le Monde.

Une expérience concluante

Tout commence par un simple test. Des chercheurs ont voulu démontrer qu’il existait un lien entre un nom et un visage. Pour ce faire, ils ont imaginé huit expériences qu’ils ont testées auprès d’un panel d’étudiants israéliens. Ces derniers devaient attribuer un prénom à un visage sur base d’une sélection de 5 prénoms. Et les résultats se sont avérés surprenants! Alors que (si on avait laissé faire le hasard) 20% des réponses auraient dû être correctes, ce chiffre grimpait à près de 30%. Un taux étrange qui a été confirmé par d’autres expériences faites en France, prouvant ainsi que cette statistique n’était pas propre à une culture particulière.

Et les robots?

Mais les chercheurs ont voulu aller plus loin: pour confirmer leur théorie, ils ont remplacé les hommes par des machines. Ils ont ainsi créé un algorithme avec une base de 94.000 visages associés à 28 prénoms. Et, surprise, la machine était capable de donner le bon prénom 8 fois sur 10! Prouvant ainsi que notre prénom avait bel et bien une influence sur notre visage. « C’est le visage lui-même qui contient les informations pour y associer correctement un nom, excluant toute la partialité humaine », concluent-ils.

Destin tout trouvé

« Notre prénom est notre toute première étiquette sociale. A chaque prénom sont associées des caractéristiques, des comportements et une apparence, et en tant que tel, il a une signification et un schéma partagé au sein de la société« , expliquent les chercheurs. « Nous sommes soumis à la structuration sociale à la minute où nous naissons, pas seulement en raison de notre sexe, de notre origine ­ethnique et de notre statut socio-économique, mais aussi à cause du simple choix que d’autres ont fait en nous donnant notre prénom« , poursuivent-ils.

Plus d’études étranges: