Elle a 25 ans, est jeune diplômée de l’IHECS et déjà cheffe d’entreprise. A la tête de Knock Knock Production depuis quelques mois, Sarah Lenoir entend bien allier sa passion pour les médias et son intérêt pour les projets susceptibles de faire changer les choses dans notre société. Un parcours express qu’elle résume en quelques phrases.

De l’IHECS à Knock Knock Prod’

«Cela faisait longtemps que je pensais à lancer mon propre projet. Sans doute l’idée avait-t-elle germé en moi dès le lycée lorsque j’ai eu l’occasion de participer au programme YEP (Young Enterprise Project). J’y ai appris les bases nécessaires au lancement d’un projet entrepreneurial.»

«A l’issue de mon master en animation socioculturelle et éducation permanente que j’ai terminé en juin 2016, j’ai cherché un job. J’aurais voulu combiner ma passion pour les médias et des préoccupations plus citoyennes. Je me suis rapidement rendu compte qu’aucun poste ne correspondait vraiment à mes attentes. Du coup, je me suis demandé pourquoi je ne créerais pas ma propre entreprise.»

«J’ai lancé Knock Knock Production en mai 2017 à l’issue d’une formation de trois mois chez Groupe One dans le cadre d’IHECS-Preneur, l’incubateur des étudiants et alumnis de l’IHECS. Cette formation m’a permis de gagner beaucoup de temps. Groupe One continue d’ailleurs à me suivre au niveau financier. Ainsi, je me sens beaucoup moins seule dans ce domaine qui m’est peu familier. Je suis désormais associée avec Laetitia Tintinaglia que j’ai rencontrée lors d’un atelier projet.»

«Knock Knock Production propose de la vidéo mais aussi tout ce qui tourne autour du web, des dossiers de stratégie de communication pour les réseaux sociaux ou encore des campagnes de crowdfunding. Nous travaillons sur des projets qui offrent une alternative aux défis sociétaux, culturels, environnementaux et économiques actuels. Au début, il s’agissait essentiellement de projets tournant autour de l’alimentation durable mais nous commençons à nous diversifier avec du mobilier design fabriqué en Belgique à partir de matériaux écologiques ou des produits de soin élaborés uniquement à base d’ingrédients bios.»

«Nous sommes encore en pleine phase de démarrage. Nous tentons de savoir où tout cela nous mène, si notre concept correspond aux besoins de notre cible, si nous pourrons en vivre. Pour le moment, cela se passe très bien, mieux que ce que l’on avait imaginé. Le fait de côtoyer d’autres entrepreneurs débutants est enrichissant et stimulant. Nous comprenons le stress, les enjeux, les passions des uns et des autres.»

«Mais chaque jour nous apporte aussi son lot de challenges et de stress. En dehors de nos stages, ni Laetitia ni moi n’avions déjà évolué dans un milieu vraiment professionnel. Nous apprenons donc quotidiennement sur le terrain. Notre horizon de rentabilité se situe dans les mois à venir. Pour l’instant nous ne sommes pas encore en mesure de nous rémunérer correctement.»

«Lancer son entreprise est une expérience assez déstabilisante parce qu’on sort complètement de sa zone de confort mais il ne faut pas douter de soi, se décourager, prêter flanc aux critiques. En même temps, il ne faut pas hésiter non plus à se remettre en question, à se renouveler tout en gardant foi en son projet: si on y croit c’est pour de bonnes raisons! Et puis de nombreuses structures sont disponibles à Bruxelles pour accompagner les jeunes entrepreneurs. Pourquoi ne pas avoir recours à leur expertise?»

Vous aussi, vous êtes étudiant ou tout jeune diplômé mais déjà tenté par l’expérience de l’entreprenariat, ou vous connaissez un jeune avec ce profil. Pour tous renseignements, rendez-vous sur www.1819.brussels et si vous vous posez des questions précises, n’hésitez pas à contacter le 1819 par téléphone au 1819, par mail à l’adresse info@1819.brussels ou en nous rejoignant à l’infopoint 1819 Ch. de Charleroi 110, 1060 Bruxelles du lundi au vendredi de 13 à 17 heures.

À noter: Sarah témoignera lors de la Semaine Entrepreneuriat Jeune organisée parle 1819 du 25 au 29 septembre prochain! Plus d’infos sur www.yet.brussels/fr/yetweek

À lire aussi: