Aïe, aïe, aïe: une enquête belge a démontré le manque de connaissances de la population féminine belge du papillomavirus (HPV). Des résultats inquiétants quand on sait que l’infection par HPV est la principale cause du cancer du col de l’utérus…

Catastrophe! Alors que l’on pensait la jeune génération consciente des risques encourus lors des rapports sexuels, il semblerait que ce ne soit pas vraiment le cas… La société pharmaceutique MSD Belgique s’est intéressée aux connaissances de la population féminine belge du papillomavirus (HPV) par le biais d’une enquête réalisée avec le bureau d’étude Ipsos. Et les résultats sont plutôt assez inquiétants puisque 25% des jeunes filles interrogées indiquent avoir une connaissance limitée du HPV et près de 40% des adolescentes n’en ont même jamais entendu parler.

Papilloma… quoi?

Alors qu’on estime que jusqu’à 80% des femmes et hommes sexuellement actifs sont infectés par un papillomavirus une ou plusieurs fois au cours de leur vie, il semblerait que le sujet soit très peu maîtrisé par les jeunes.  Si la plupart des papillomavirus sont sans gravité, certains types de HPV peuvent provoquer des cancers.  En effet, les scientifiques estiment que ce vilain papillomavirus est responsable de 9 cancers du col de l’utérus sur 10, l’un des cancers les plus fréquents chez les femmes. Les personnes interrogées ignorent encore que le HPV peut être lié à de nombreux autres cancers (de l’anus, de la vulve, du pénis, de la bouche et de la gorge).

Beaucoup ignorent également que le HPV est très contagieux.

Ils ne se transmettent pas seulement par le sperme ou le sang mais aussi par contact cutané intime lors des rapports sexuels. De plus, le préservatif n’offre pas une protection totale contre le HPV. Ainsi, une grande partie des femmes y sont confrontées dès le début de leur vie sexuelle.

 On se protège!

Autres stats inquiétantes: 30% des interrogées ne connaissent pas l’existence du vaccin contre le HPV et 1 jeune fille sur 10 ne sait pas si elle est vaccinée. Comment peut-on se protéger efficacement contre le HPV? Première option: la vaccination. Mais, pour ce faire, ces injections doivent être pratiquées suffisamment tôt, avant l’âge des premières relations sexuelles. Si ce n’est pas le cas, faites-vous dépister fréquemment! Autre élément important: il faut sensibiliser les plus jeunes dès le début de l’adolescence.

Un vaccin pas que pour les femmes!

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les jeunes garçons peuvent également contracter le virus HPV. Vacciner les jeunes hommes permettrait d’augmenter le nombre de personnes vaccinées au sein de la population, ce qui réduirait logiquement le risque de propagation. De plus, les garçons seraient également protégés contre les maladies associées au HPV, comme les cancers du pénis, de l’anus, de la bouche et de la gorge, qui sont en forte augmentation ces dernières années.

Poursuivre votre lecture