Vous avez tendance à dégainer votre smartphone à chaque sortie? Faites attention, sachez que vous énervez 70% de vos amis…

NN, le spécialiste de l’assurance vie, a décidé d’analyser, dans le cadre d’une nouvelle étude, notre usage du smartphone lors de nos activités sociales. Résultat? Le Belge ne supporte pas quand son (sa) partenaire ou meilleur(e) ami(e) abuse du GSM au cours d’une conversation ou d’un repas et estime qu’il utilise lui-même son smartphone beaucoup moins fréquemment que l’autre. Un comportement baptisé « phubbing ».

Le phubbing

Le phubbing (contraction de phone et snubbing) est l’acte de snober quelqu’un dans un contexte social en regardant son téléphone plutôt que son interlocuteur. Un comportement (bien qu’ultra pratique en cas de harcèlement) devenu trop courant et qui, selon l’enquête, insupporte la grande majorité des Belges. On supporte encore moins ce comportement chez nos meilleurs amis que chez notre partenaire. Pendant un repas entre amis, ils sont même 71 % à ne pas apprécier que leur meilleur(e) ami(e) se préoccupe plus de son smartphone que de la conversation. Et 64 % des Belges s’irritent lorsque leur partenaire s’adonne au phubbing lors d’un repas en tête-à-tête ou entre amis.

Le séparateur de couples

Au sein d’un couple, le smartphone est un tantinet plus accepté au lit et à la table du petit-déjeuner que lors d’une conversation ou d’un repas. Pourtant, 4 Belges sur 10 trouvent (très) dérangeant que leur partenaire surfe sur son smartphone au lit avant de s’endormir et 44 % s’incommodent de la présence du GSM sur la table du petit-déjeuner.

“Par le simple fait de placer votre smartphone sur la table, vous signalez à votre partenaire que vous n’êtes pas pleinement présent. ”

Selon la Life Planner Cynthia Ghysels, le smartphone a un impact significatif sur la qualité de nos relations : « en vivant et en expérimentant les choses ensemble, nous construisons un lien intense. Si ces moments sont sans cesse entrecoupés par des notifications, cela provoque une rupture dans la conversation et il faut ensuite tout recommencer. Ces interruptions incessantes ne permettent pas la construction d’un lien fort ». L’usage fréquent du smartphone peut dès lors mener à des tensions et des problèmes au sein du couple.

Les lieux où notre partenaire ‘phubbe’ le plus souvent :

  1. Devant la télévision (52 %)
  2. Pendant un voyage en voiture (36 %)
  3. Au lit avant de dormir (34 %)
  4. À la table du petit-déjeuner (30 %)
  5. Au lit lors du réveil (26 %)

“Le smartphone peut créer de réelles dépendances dont il faut se méfier. L’usage fréquent déclenche en nous une décharge de sérotonine qui crée du plaisir ”

Les femmes supportent moins le phubbing

Outre les différences entre générations, il existe également un écart net entre les résultats récoltés auprès des femmes et ceux récoltés auprès des hommes. Quand leur partenaire ou meilleur(e) ami(e) est plus concentré(e) sur son smartphone que sur la conversation, c’est pour 77 % des femmes une (grande) source d’irritation. Le taux est bien plus bas chez les hommes: 61 % d’entre eux s’en irritent fortement. La différence est encore plus marquée chez les jeunes adultes de moins de 35 ans. 75 % des femmes de moins de 35 ans s’offusquent quand un interlocuteur décroche mentalement de la conversation pour vérifier son smartphone, tandis que la proportion tombe à 56 % chez leurs homologues masculins.

Source: NN

Cure de désintox: