Envie de perdre les kilos en trop gagnés après les fêtes? Le « fasting » ou jeûne intermittent permettrait de perdre du poids en un temps record. Mais avec certains risques…

L’épreuve du passage sur la balance a sonné et c’est souvent avec effroi que l’on observe ces quelques kilos de plus au compteur. Et pour être en accord avec sa garde-robe, on s’active pour les perdre vite fait bien fait, en se lançant dans divers régimes, pas toujours recommandés. Parmi ceux-ci, c’est la méthode du « fasting », appelé aussi jeûne intermittent, qui semble cartonner en ce moment. Mais est-il recommandé pour la santé?

Une méthode pas si nouvelle

En réalité, le fasting n’est pas vraiment nouveau dans la catégorie des régimes amincissants. Le jeûne par intermittence (la privation de nourriture pendant un laps de temps donné) est pratique courante dans de nombreuses religions, par exemple pendant le ramadan, où jeûner pendant la journée permettrait ainsi de purifier tant le corps que l’esprit et procurerait un sentiment de plénitude. Force est de constater qu’au-delà de la pratique spirituelle, le fasting limiterait le risque d’obésité et encouragerait la perte de poids.

Mise en garde

Si ce régime procure un sentiment de bien-être et permet de perdre rapidement les kilos en trop, il est pourtant vivement déconseillé par les nutritionnistes qui le jugent dangereux s’il est pratiqué à long terme. Contrairement à ses qualités detox, adopté sur une courte période, le fasting entraînerait à force de le pratiquer une perte rapide de la masse musculaire, fatigue et hypoglycémie chroniques. De plus, en alternant à la longue jeûne et repas recommandés, le corps aura tendance à stocker plus facilement les graisses… Bref, une pratique à aborder avec précaution!

À lire aussi: