Le propre du désir, c’est qu’il ne se commande pas. Au mieux, on peut créer les conditions idéales pour qu’il survienne. Et dans le domaine, aucune recette universelle ne fonctionne à tous les coups. Alexandra Hubin, sexologue: «À certains moments, on peut ressentir un désir que j’appelle “tripal”, cette chaleur, ces papillons dans le ventre qui viennent de l’intérieur, sans crier gare, qui peuvent survenir alors qu’on fait la vaisselle. Le reste du temps, le désir vient plutôt en réaction à un stimulus extérieur, un contexte propice, quelque chose que l’on voit, que l’on sent, que l’on entend. Pour activer leur libido, en savourer tout le potentiel, les femmes ont intérêt à explorer leur “moi sexuel” singulier.»  Voici 9 autres voies vers le plaisir, qui marchent pour certaines, et peut-être aussi pour d’autres, mais pas forcément. Pas encore découvert les 6 premières? Ça se passe par ici et ici!

01

Un geste de réconciliation

Un grand nombre de femmes ont honte de leur corps nu. Or, comment se laisser aller au plaisir lorsque l’on se focalise avec cruauté sur ses formes soi-disant disgracieuses, lorsqu’on ne pense qu’à ses défauts? Il est plus facile de se ré- concilier avec son corps en dehors du lit, remarque Alexandra Hubin: «Vous avez déjà remarqué qu’après une séance de sport, vous vous sentez mieux, un peu comme si vous aviez pris du muscle et que ça se voyait déjà. Cela peut fonctionner après un bain ou lorsqu’on porte un nouveau jeans. Ce ne sont pas des parades.» À chacune de trouver les démarches qui lui vont pour reprendre contact avec ce corps si parfaitement imparfait. Comme Alexan- dra Hubin le rappelle régulièrement sur le plateau de Je t’aime, etc. (sur France 2), se sentir libre dans son corps, c’est pouvoir ressentir des sensations positives, agréables, même sur le terrain non sexuel. Par exemple, pourquoi ne pas faire de la douche un moment de rendez-vous sensuel avec soi? Au lieu de passer sous le pommeau de façon mécanique, un premier pas vers soi consiste à ressentir la caresse de l’eau qui coule, le toucher du grain de peau, le parfum du savon… La pleine conscience (mindfullness) est un formidable outil pour parvenir à ce retour au moment présent, aux sensations ressenties, en ne se concentrant que sur une chose à la fois.

02

Une démarche artistique

Lorsqu’une femme (ou un homme) porte un regard cruel sur son corps, elle/il ne peut pas concevoir que son/sa partenaire le/la voie comme attirant(e). Et pourtant, combien d’hommes ne répètent-ils pas qu’ils font abstraction de la cellulite, voire qu’ils trouvent excitantes ces fesses rebondies? L’idéal serait de se voir dans le regard de l’autre. Et même, avec un brin d’humour, d’oser s’y magnifier, par exemple en ouvrant les épaules, en cambrant les reins. Certain(e)s ont retrouvé une image positive de leur corps après une séance de photothérapie, qui consiste à se faire photographier par un pro, nu(e) ou derrière un voile humide plaqué sur le corps, dans une pause hyper féminine (ou virile dans le cas d’un homme). Le photographe immortalise une version sensuelle du corps, magnifié. Ça change! Les plus pudiques, qui ne se sentent déjà pas à l’aise devant leur partenaire, préfèrent éviter le pro, mais redoublent d’imagination pour réaliser ces photos eux-mêmes.

03

UN BOUQUIN

Avec expertise et un humour plein de connivence, Entre mes lèvres, mon clitoris: confidences d’un organe mystérieux (éd. Eyrolles, 2018), de la sexologue Alexandra Hubin et de la journaliste Caroline Michel, corrige des tas de fausses croyances, libère la parole et permet à chaque femme (et à chaque homme) de mieux apprivoiser le sexe féminin. Enquêtes et pensées intimes à l’appui, elles invitent les femmes à poser un regard tout nouveau sur leur sexe, enrichi des dernières révélations qui donnent furieusement envie de se réinventer.

Retrouvez ce dossier en intégralité dans le GAEL de juin, disponible en librairie!

À LIRE AUSSI: