Morceau de patrimoine belge, icône de la pop française des années 80, Lio est toujours Wanda, cette petite fille portugaise inquiète. Lors de cette rencontre, elle a eu l’œil humide, elle a ri, elle s’est énervée, elle a chantonné. Ce qu’elle raconte, elle l’éprouve. Lio est furieusement vivante.

Pour faire connaissance avec notre GAEL Guest de mai, voilà quelques-uns de ses traits de caractère à épingler…

1Elle est de nature inquiète

« J’ai été anxieuse toute ma vie. Fuir le Portugal à l’âge de 6 ans, c’était très anxiogène. Je me suis retrouvée dans un pays dont je ne comprenais pas la langue, sans savoir ce que je faisais là. Et avant ça, j’ai le souvenir du déchirement de mes parents qui m’a beaucoup préoccupée. » A-t-elle apprivoisé cette inquiétude? « Pas du tout. Mais je le voudrais. J’y travaille. Et souvent, les solutions apparaissent à des moments très inattendus. Il y a trois ans, j’ai entrepris une psychanalyse. À cette époque, je n’allais pas bien du tout. Tout se tordait autour de moi. D’un point de vue familial, affectif et professionnel, ce n’était plus sain. Il me fallait remettre les choses en place. »

2 Elle aime travailler en binôme

« Aujourd’hui, quand je regarde ce que j’ai fait artistiquement, je me rends compte que ce n’est pas rien, que j’ai fait des choses importantes dans le domaine que j’ai choisi, la musique pop. Mon premier album est à mes yeux un des actes fondateurs de la pop française. J’ai eu ma décennie, je l’ai marquée: c’est énorme dans une vie. Mais pendant que je la vivais, je ne m’en rendais pas compte. J’ai mis du temps à comprendre ce que j’apportais à mon œuvre, à me dire qu’elle n’était pas uniquement le fait de Duvall (son parolier, NDLR) ou d’Alanski (le compositeur de ses premiers morceaux, NDLR). J’ai conscience aujourd’hui que j’étais aussi importante qu’eux dans Lio. J’ai saisi comment tout ça fonctionnait: travailler m’ennuie, moi je cultive. C’est pour ça que je cherche toujours des binômes, des gens qui aiment partir sur mes fulgurances et les mettre en forme. Chaque fois que j’ai réussi quelque chose, c’est comme ça que ça s’est fait: à deux. Duvall, ça a été un binôme formidable. »

3Sa capacité d’émerveillement est intacte

Mais qu’est-ce qui émerveille donc Lio? « Beaucoup de choses. Le soleil, la nature, les fleurs, la nourriture, le vin, les amis, les enfants, la famille, un voyage, un beau film, un livre magnifique…Je suis en train de lire L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante et c’est fantastique. Sourire aussi me fait du bien. Ces deux petits crochets qu’on tire vers le haut en souriant, ils soulèvent beaucoup. »

GAEL JUIN

Envie d’en découvrir plus sur notre Guest Lio? Lisez cette rencontre en intégralité et bien d’autres contenus exclusifs dans le GAEL de juin, disponible en librairie!

Plus de Guests: