Gastronome créatif, sportif assidu: le chef étoilé Yves Mattagne est un hyperactif. Il nous sert ici une anecdote aussi savoureuse que physique!

Le cliché raconté par Yves Mattagne

L'instantané: Yves Mattagne raconte son cliché préféré

« L’histoire de cette photo (qui date de 1996) est peu banale. J’officiais comme chef pour l’hôtel Radisson de Bruxelles. Je m’occupais également avec mon associé d’un service traiteur nommé “Le traiteur de l’extrême”. Notre slogan, c’était: “Nous cuisinons pour vous, partout où vous le voulez.” On s’est dit que pour faire un peu de publicité, ce serait drôle d’aller cuisiner au sommet du mont Blanc! Nous avons donc passé un accord secret avec la municipalité de Chamonix pour organiser un événement presse dès que nous serions prêts. Car une ascension du mont Blanc, ça ne s’improvise pas! Pendant un an, nous nous sommes entraînés en gravissant à plusieurs reprises les pics de la Bernina, cette chaîne de montagnes qui sépare la Suisse de la Lombardie. Heureusement, nous comptions parmi nous un médecin et le barman de l’hôtel était un montagnard professionnel. Plusieurs fois cette année-là, nous avons pris l’avion pour Côme avant de partir pour une expédition de quatre jours en haute montagne.

« Avec de l’entraînement et de la détermination, rien n’est impossible. »

Nos bagages contenaient souvent plus de nourriture que de cordes. J’avais même un saumon entier et un fumoir dans mon sac à dos! À chaque étape dans un refuge, je m’amusais à cuisiner des produits extraordinaires, qu’on mangeait face aux pics enneigés. La dernière ascension à 4 000 m se faisait avant le lever du soleil, puis on descendait en rappel. Je n’ai jamais eu peur, je me fiais à mes associés. J’étais sans doute aussi un peu insouciant! On voulait prouver notre professionnalisme et notre esprit d’équipe. Avec de l’entraînement et de la détermination, rien n’est impossible. Malheureusement, la “vraie” ascension n’a jamais eu lieu: nous avons dû la reporter plusieurs fois à cause de la météo. Puis la crise de 2000 nous a contraints à abandonner… C’est dommage, ç’aurait été un beau couronnement de l’aventure, mais cela reste un souvenir unique. Si je pouvais, je recommencerais demain!»

SON ACTU

Toujours capitaine à bord du Sea Grill, son restaurant bruxellois doublement étoilé, Yves Mattagne multiplie les collaborations belges et internationales avec brio. Son dernier-né se nomme Balthazar et niche à deux pas de la gare de Knokke. WWW.BRASSERIEBALTHAZAR.BE

À lire aussi:

PARTAGER