Home People Vanessa Paradis, Mademoiselle Chance

Vanessa Paradis, Mademoiselle Chance

Vanessa Paradis, Mademoiselle Chance

De Gainsbourg à Biolay, tous les auteurs et compositeurs qui ont écrit pour elle sont tombés sous son charme. Mademoiselle Paradis porte bien son nom. En interview, à Paris, elle nous a fait cadeau d'un délicieux moment. Par Joëlle Lehrer

Pour certains, ce disque est le plus réussi. Il me semble que tous vos albums l'étaient pour leur époque. Vous avez le don de vous approprier des chansons écrites par d'autres et d'en faire les chansons de Vanessa Paradis.

(Rires.) C'est gentil. Cela veut dire qu'il y a une force dans mon interprétation, même si je n'ai pas la voix d'une Callas. Cela me fait très plaisir. J'adore ce que vous dites. Quand «Love Songs» est sorti, c'est vrai que l'on a écrit qu'il était mon disque le plus réussi. Peut-être parce que les chansons de Biolay ou de Mathieu Boogaerts rallient plusieurs générations? Je n'ai pas envie de comparer avec ce qui a été fait avant. Cet album correspond à mes 40 ans. Ces chansons racontent des choses très profondes sur l'amour qui est, quand même, le sujet qui nous rassemble tous, nous intéresse et nous interroge. Ces chansons parlent plus aux gens. Et ils se les approprient. C'est la force d'une belle chanson. Elle nous touche droit au cœur. Le travail de Benjamin Biolay, à la production, a été prodigieux. C'est si classieux! Mais c'est vrai que souvent, c'est la dernière chose qu'on a faite qui nous plaît le plus.

Vous avez enregistré à Bruxelles, au studio ICP.

Je ne le connaissais pas jusque-là. Je suis souvent allée là où mes réalisateurs m'emmenaient. J'ai fait Paris et New York. Mais cet endroit, je suis tellement heureuse de l'avoir connu! C'est un endroit fabuleux fait pour la musique. On n'a plus jamais envie d'en repartir. On y vit, on y travaille et on est au calme. 

J.L.

• Vanessa Paradis, «Love Songs», Universal Music.

• En concert le 2 novembre au Forum de Liège et le 3 novembre au Cirque Royal à Bruxelles.

Lire l'intégralité de l'interview dans le GAEL d'août