En seize ans, la top d’origine belge n’a jamais quitté les hautes sphères du fashion world international. Mais si nous avons choisi d’en faire la Guest de notre spécial mode, c’est qu’elle est bien plus qu’un joli visage. 5 choses à savoir sur cette féministe pleine d’énergie et d’envies.

Qui est Elise Crombez?

  • Naissance à Mouscron le 24 juillet 1982.
  • 
Gagnante, à 17 ans, d’un concours régional de mannequin.
  • Premier défilé pour Alaïa en 2001.
• Visage de Prada pour plusieurs campagnes et plus de 19 fois en cover de Vogue. • Vit à Los Angeles avec son amoureux.
  • Rédactrice pour Lenny Letter, le site de Lena Dunham. Elle y parle de féminisme, de style, de santé, de politique et d’amitié.
01

Tomboy à la Big Apple
 

«Je m’étais inscrite avec une copine 
à un concours de mannequin près de chez moi. Ma mère trouvait que c’était un bon moyen de prendre pleinement conscience de ma féminité. J’ai très vite passé l’épreuve de présélection, puis j’ai remporté le concours. Quelqu’un de chez Dominique Models faisait partie du jury. Tout de suite après, j’ai signé un contrat avec cette agence. Au tout début, je n’ai
 pas beaucoup travaillé. Je pense que je n’étais pas suffisamment bien dans ma peau. Chaque fois que je passais 
à l’agence, j’avais l’impression de ne pas faire le poids face aux autres filles. J’étais assez androgyne, type tomboy. J’ai eu la chance d’être repérée par
 un scout d’une agence new-yorkaise de passage chez Dominique. Il m’a proposé un contrat de trois ans. J’ai sauté sur l’occasion

Une photo publiée par @elisecrombez le

02

De retour à la côte

«J’ai deux frères, un plus jeune et un autre plus âgé que moi. Petite, 
ils m’en ont fait voir de toutes les couleurs. Mais dans l’ensemble, j’ai eu une enfance très heureuse. J’ai grandi à Coxyde. Chaque été, j’avais l’impression d’être tout le temps en vacances. Hormis nos escapades à la montagne, nous partions très peu. Aujourd’hui encore, j’adore rendre visite à mes parents à la côte. Mes racines sont là-bas

03

Le grand amour

«Mon copain et moi nous sommes rencontrés il y a un an dans un bar à vins. Je n’ai pas l’habitude d’aborder les gens, mais là, j’ai franchi le pas. Lorsqu’on est mannequin, les gens s’intéressent souvent à nous pour
de mauvaises raisons. Avec lui, tout est différent. Pour l’instant, je n’ai ni l’envie de me marier ni celle d’avoir des enfants, mais ça pourrait venir. Nous sommes très heureux dans notre appartement à Los Angeles, mais si ça ne tenait qu’à moi, j’aimerais revenir plus près de chez mes parents.»

« Les femmes qui tracent leur route sans se laisser intimider m’inspirent beaucoup. »

04

Inspirations

«Les femmes qui tracent leur route sans se laisser intimider m’inspirent beaucoup. Récemment, lors d’une partie de surf entre copines, j’ai rencontré une femme de 60 ans très
à l’aise sur sa planche. Mes copines
 et moi avons trouvé cette rencontre particulièrement motivante. Nous avons eu l’impression que tout était possible. Dans le cadre de mon métier, j’ai peu l’occasion de m’impliquer pour la cause des femmes. Pourtant, ces questions me passionnent. J’écris pour des sites et des forums sur ce thème. Prochainement, je vais signer des papiers en anglais pour Lenny Letter, le site de la comédienne Lena Dunham (de la série Girls, NDLR). Pour moi, c’est un vrai challenge.»

05

Au naturel

«Je suis de moins en moins obsédée 
par le fait de bien manger. Je remarque toutefois qu’à force de me nourrir sainement depuis des années, j’ai acquis des automatismes. Je fais beaucoup de sport. Tout simplement parce que j’en ressens le besoin. Mais si je loupe une séance, je n’en fais pas une maladie. J’adore le pain et les pâtisseries. Chaque année au mois de janvier, je fais l’impasse sur l’alcool. Du coup, je dors mieux et j’ai plus d’énergie

GAEL en marsEnvie d’en savoir plus sur notre Guest? Découvrez cet article en intégralité et d’autres contenus 100% inédits dans le GAEL de mars, disponible en librairie!

À lire aussi: