Home People Prix littéraire Gael: l’avis du jury

Prix littéraire Gael: l’avis du jury

Prix littéraire Gael: l’avis du jury

À la recherche de lectures pour l’été? Et si vous vous laissiez inspirer par les jurés de choc du Prix Gael? Cette semaine, ils vous donnent leur avis sur La liste de mes envies de Grégoire Delacourt.

Les romans de la sélection  d’août du Prix Gael ont récolté une pluie d’étoiles. Cette semaine, le jury nous parle de La liste de mes envies de Grégoire Delacourt. L’ajouterez-vous à la vôtre?

 

Nathalie Aubry
Avis: ***

C’est un très bon roman. Pourquoi? Parce qu’il nous touche au cœur, parce qu’il nous émeut, parce que nous vivons avec Jocelyne, la douce Jocelyne.

L’histoire d’un grand amour: Jocelyne est mariée à Jocelyn depuis 20 ans et est toujours amoureuse.

Jocelyne a foi en son mari qu’elle considère malgré ses défauts comme un bon mari.

Elle est heureuse, puis tout à coup, elle gagne au Loto, tout bascule et nous vivons la trahison de ce que Jo considérait comme un grand amour.

Cette épreuve va changer la donne et provoquer la métamorphose des 2 personnages principaux.

Jocelyne devient une femme forte mais elle a perdu ses illusions, elle ne pourrait plus revivre un grand amour.

C’est très bien écrit, les personnages sont vivants, attachants, nous sommes pris dès les premières pages du récit, impliqués dans les différents rebondissements jusqu’au dénouement.

 

Julie Matagne
Avis: *

La liste imaginée par Grégoire Delacourt décrit une ménagère de presque 50 ans, mère de deux enfants qu'elle ne voit plus guère qu'à Noël, animatrice d'un blog de couture, vivant dans une ville du Nord de la France avec son mari (qui "travaille beaucoup à l'usine", "aime bricoler au garage" et "n'a pas lu beaucoup de livres"). Vous l'aurez compris, il s'agit de faire "prolo".

Rien ne nous est épargné dans ce tableau, de l'abri qu'il faut construire dans le jardin pour les poubelles à la "sexualité animale" qui fait pleurer de honte la nuit.

L'auteur force le trait, multiplie les détails pour "faire vrai". Déformation professionnelle sans doute, le publicitaire Grégoire Delacourt en fait des tonnes pour nous vendre son histoire, nous séduire, nous convaincre.

Mais c’est le maître de l’illusion: le décor est en carton-pâte et le style aussi montre des traces de doigts. Quand on gratte un peu sous le vernis, ça manque de cœur, de générosité. Elle est où, la tendresse, b… ?

 

Catherine Hénaut
Avis: ***

Et vous, vous  feriez quoi avec 18 000 000 d'euros?

Jo ne manque apparemment de rien. Gérante d’une mercerie dans une petite ville du Nord de la France, rédactrice d’un blog de couture rencontrant un franc succès, un mari attentionné et deux grands enfants sur les rails.

Pour Jo, la beauté se cache essentiellement dans la gentillesse, l’honnêteté, la délicatesse, et c’est ce bonheur de tous les jours que Jo veut conserver et que l’argent pourrait détruire à tout jamais.

Et pourtant, en grattant un peu, le vernis disparaît; on lui découvre une mère adulée et disparue trop tôt, un père malade absent à tout jamais, un bébé mort-né et c’est tout le bel édifice qui s’écroule.

Jo se souvient des mots cruels de son mari, lui faisant porter la culpabilité de la mort de leur petite fille, elle se rappelle ses mensonges, son amour falsifié. Alors, Jo va garder le secret.

Elle va dresser la liste de ses envies, de ses souhaits, mais à quoi bon… sans les petits besoins de tous les jours, la vie n’a pas de sens.

Et si l’amour existait vraiment? Un livre débordant d’émotions, un pur moment de plaisir!

 

Anne Meyer
Avis: ***

Une famille comme tant d'autres: Jocelyne tient une mercerie à Arras, est mariée à Jocelyn, ouvrier chez Häagen-Dasz et sont parents de deux grands enfants et d'une petite fille, morte-née.

Un bonheur simple au quotidien: un bon mari, des enfants, un emploi, des vacances à Villeneuve Loubet… et aussi deux vraies amies qui ont gagné au loto, ce qui leur a permis d'ouvrir "Coiff Esthétique"

Mais le loto, ce n'est pas son "truc" à Jocelyne, pourtant, un jour, elle aussi décide de remplir une grille. Et c'est le jackpot: 18 millions d'euros!

Mais elle ne dit rien à personne -sauf à son père sénile- et s'en va, seule, chercher son chèque à la Française des Jeux. Elle rêve aux cadeaux qu'elle pourra faire et se faire mais la liste de ses envies -plutôt de ses besoins- est bien modeste.

Le psy de la Française des Jeux la met en garde; elle doit se méfier des inconnus qui l'aiment, des demandes d'aides diverses, des banques tout sucre, tout miel…

Encaisser le chèque? Non, Jocelyne décide plutôt de le glisser dans une chaussure au fond d'une penderie.

Comme aucun gagnant ne s'est présenté, les journalistes enquêtent; Arras devient le centre de toutes les attentions, la mercerie marche de mieux en mieux, Jocelyne tient un blog, anime des ateliers de couture et de broderie… égrenant la liste de nouvelles envies, besoins ou parfois folies même!

À partir d'une idée simple mais qui fait rêver, Grégoire Delacourt signe un roman qui vous captive du début à la fin et sera certainement le best-seller de l'été et pose indirectement la question de l'argent ou l'amour?

 

Delphine Motte
Avis: **

Sur la liste de mes envies, j’ai rajouté:

  • Vous faire partager absolument ce livre
  •  Lire le premier roman de cet auteur

J’ai beaucoup aimé ce roman. Grégoire nous parle de Jocelyne, mercière et blogeuse à Arras. Un livre qui parle des gens simples, des bonheurs simples, de la confiance. Le rythme est très bien géré, à aucun moment le roman ne s’essouffle.

La cerise sur le gâteau pour moi c’est le dernier chapitre: il nous transporte dans la vie de Jocelyne d’une manière à la fois totalement logique et très originale. Je ne vous en dis pas plus… Un must donc dans votre valise cet été.

 

Alexandre Seron
Avis:**

Arras. Jocelyne, mère de famille, tient une mercerie… Et alimente les "dixdoigtsdor", blog où sa voix exprime une gentillesse enfouie, oubliée. Avec patience et passion. Où des milliers de princesses arrageoises rêvent de se piquer le doigt à leur rouet pour être réveillées d'un baiser princier et charmant.

Jocelyne n'est pas une sainte, mais sa vie est simple: pendant qu'elle distille ainsi des petits bonheurs autour d'elle, elle rêve aussi de ses besoins et de ses folies. Ces petites choses du quotidien. Ces petits riens des jours prochains.

Mais le bonheur, son bonheur, ne tient qu'à un fil. L'écume des jours et les petites rancunes. Sa famille s'effiloche. Hasard et tourneboule. Fortune et amertume. Convoitise et bêtise. Comme le fil d'Ariane dans le labyrinthe de la vie, suivez Jocelyne et  la liste de ses envies…

La liste de mes envies, Grégoire Delacourt, Éd. JC Lattès

A.D. et S.Z.