Home People Prix littéraire Gael: l’avis du jury

Prix littéraire Gael: l’avis du jury

Prix littéraire Gael: l'avis du jury

Durant les longues soirées d’automne qui s’annoncent, si vous vous évadiez dans de jolies lectures? Pour l’inspiration, laissez-vous guider par nos jurés. Cette semaine, ils vous donnent leur avis sur Pour seul cortège de Laurent Gaudé.

 

Joël

L'écriture de Laurent Gaudé est une sorte de valeur sûre dans monde littéraire français: agile, musicale, elle sait se faire enveloppante ou développer une puissance rare. En fait, lire un Laurent Gaudé, c'est un peu comme déguster un bon vin bien charpenté, qui évolue en bouche, dont on a plaisir à sentir les arômes se développer.

S'attaquant à la figure d'Alexandre le Grand sur le mode "roman choral", ce Laurent Gaudé-ci n'a pourtant pas réussi à m'enivrer. L'agonie d'Alexandre et les sacrifices de Drypteis et d'Ericleops, pourtant contés avec un indéniable talent, n'ont réussi à faire vibrer aucune de mes cordes émotionnelles – les romans épiques n'étant pas vraiment le genre de cru sur lequel je me jette. C'est donc avec un sentiment partagé entre l'admiration totale pour le talent du conteur et une certaine indifférence quant au fond de l'histoire que je suis parvenu au bout de la bouteille. Mais nul doute que les amateurs du genre sauront l'apprécier tout de même – s'il ne m'a pas vraiment plu, il n'en est pas pour autant bouchonné.

Nathalie Aubry

Je recommande vivement la lecture de ce livre, non seulement parce que je suis une fan de la première heure de Laurent Gaudé, mais ce roman est attachant, il nous présente un récit qui se passe à l’époque d’Alexandre le Grand.

Nous entrons dans l’histoire et vivons les émotions des personnages, leurs péripéties à la fois historiques et fantastiques, tout cela sur un Je recommande vivement la lecture de ce livre, non seulement parce que je suis une fan de la première heure de Laurent Gaudé mais ce roman est attachant, il nous présente un récit qui se passe à l’époque d’Alexandre le Grand.
Nous entrons dans l’histoire et vivons les émotions des personnages, leurs péripéties à la fois historiques et fantastiques, tout cela sur un ton épique et dans un style imagé et percutant. Prodigieux!

 

Julie Matagne

Alexandre le Macédonien, qu’on dit fils de Zeus, meurt à 32 ans, là-bas, sur les rives de l’Indus, aux confins du monde connu. Alexandre le Conquérant qui a renversé tous les royaumes, les empires qui se dressaient sur sa route laisse ses compagnons se déchirer pour sa succession. Même mort, il désire aller plus loin. Quelques fidèles se promettent de porter l’âme d’Alexandre le Grand là où le monde n’existe plus.

Dryptéis, reine des vaincus, chevauche avec les cavaliers du dernier souffle à travers les plaines de l’Hindu Kush. Elle a connu dans sa chair le pouvoir et la chute, la mort et la vie. Une vie âgée de quelques mois qu’elle tient dans ses bras et qu’elle veut protéger. Quel qu’en soit le prix.

Laurent Gaudé insuffle à l’histoire l’esprit de la légende et fait résonner, aux oreilles de ces personnages devenus éternels, la musique des sphères.

 

Catherine Hénaut

Quelle poésie dans cette épopée grandiloquente qui nous raconte les derniers instants de la vie du grand Alexandre et la dislocation inévitable de son Empire !

Laurent Gaudé nous entraîne dans un monde envoûtant où se côtoient les dieux, les reines, les prêtres, les guerriers, qui tous doivent se démener pour faire face à la mort et tenter de rester en vie.

La loyauté l’emportera-t-elle sur la traîtrise, la fidélité sur l’ambition, les promesses sur les ordres ? À qui la succession d’Alexandre reviendra-t-elle ?

Et quel sera le destin de cette jeune mère et de son enfant, arrachée du temple où elle s’est réfugiée pour échapper à la folie de son monde ?

Roman aux pouvoirs surnaturels tirés d’une écriture musicale dont on regrette d’avance de devoir tourner la dernière page.

Anne Meyer

Terrassé par la fièvre, Alexandre le Grand s'apprête à mourir lors d'un dernier banquet laissant un grand empire aux mains de ses rivaux. 

À peine décédé, la guerre de succession est ouverte; les généraux se disputent l'héritage mais aussi le privilège d'accompagner la dépouille d'Alexandre en Macédoine.

Mais le cortège grandiose formé de pleureuses, de vendeurs, de propriétaires…. est attaqué et dérouté.

C'est alors que Dryptéis, sa belle-soeur et fille de son ennemi Darius, reine des vaincus s'interpose et veut reprendre le corps d'Alexandre, lui construire un tombeau en Basse Egypte.

Qu'en adviendra-t-il, quel rôle jouera Dryptéis,  retrouvera-t-elle son fils caché? Le lecteur le découvrira dans ce roman magnifiquement écrit, avec un vocabulaire choisi et imagé.

Laurent Gaudé se défend de faire oeuvre d'historien; il a simplement imaginé les derniers instants d'Alexandre le Grand, son dernier parcours avec panache renouant ainsi avec la tradition du roman épique.

Déjà primé par 2 Goncourt, Gaudé est un incontournable de la rentrée!

 

Delphine Motte

Pour être honnête, sur la base de la 4e de couverture, je n’aurais jamais choisi ce livre… à tort.

Laurent Gaudé nous transporte auprès d’Alexandre le Grand. Ses victoires, ses fidèles compagnons, les chemins du pouvoir, sa compagne mais aussi sa mort et donc la scission de son empire, la guerre.

Un livre épique qui laisse une place au fantastique, nous faisant découvrir le pouvoir de l’amour, la loyauté, la vie. Retour en classe de latin grec, sauf que c’est beaucoup plus agréable à lire.

J’ai été totalement prise par le récit, emmenée par la belle plume de Gaudé. C’est définitivement un de mes livres préférés jusqu’à présent. Ne vous laissez pas arrêter par le côté historique et parcourez un bout de chemin avec Alexandre le Grand et Drypteis.

 

Pour seul cortège, Laurent Gaudé, Actes Sud

Prix GAEL/Libris en collaboration avec Libris Agora

 

A.D. et S.Z.