Petit, le directeur artistique de la Maison Natan passait ses étés sur plage de Knokke. Il concrétise désormais son rêve en y construisant sa propre maison.

Un rêve en construction

L'instantané: Edouard Vermeulen nous raconte son cliché d'enfance

« Cette photo a été prise sur la plage de Knokke, une station où je passe mes vacances depuis toujours. Ma grand-mère nous y accueillait dans sa maison. Mes parents ont ensuite perpétué cette tradition. Quant à moi, je suis sur le point de réaliser l’un de mes rêves: y construire une maison, le cadeau que je me suis offert pour mes 60 ans. J’ai choisi Knokke parce que c’est un lieu où, forcément, j’ai mes habitudes. Cette station cadre parfaitement avec ma vision de la détente. Depuis l’enfance, j’aime passer du temps à l’extérieur, dans la nature. Je marche beaucoup. Je trouve la campagne knokkoise
très belle, y compris en automne. Les mois de septembre et d’octobre offrent encore de belles journées ensoleillées. L’occasion de faire de longues balades à pied ou à vélo. Je n’ai pas forcément besoin d’y passer, comme lorsque j’étais enfant, plusieurs semaines d’affilée pour me sentir en vacances. De toute façon, je ne pourrais pas séjourner dans un lieu où il n’y a rien à faire, sinon lézarder au soleil.

« Cette maison sera l’occasion de m’offrir une parenthèse à seulement une heure de Bruxelles. Un vrai luxe. »

Le matin, j’aime évidemment passer par la plage pour me baigner, mais je peux aussi, sans avoir l’impression de travailler, faire un saut dans ma boutique de Knokke, une heure dans l’après-midi. Ce magasin, je l’ai voulu différent des autres. Avec ses grandes fenêtres qui donnent sur une pelouse entourant le cottage, il ressemble à une maison de vacances. Les clients aiment prendre le temps de se poser dans l’espace salon. On s’y sent d’emblée très bien. L’aménagement d’espaces, c’est mon premier métier puisqu’avant d’être créateur de mode, j’étais décorateur. Pour la maison que je suis en train de faire construire, c’est un peu différent. En termes d’aménagement, je n’ai jamais rien imaginé en démarrant de zéro. C’est un nouveau défi. Lorsqu’elle sera terminée, je ne compte pas y venir à dates fixes. J’aime laisser une place à l’improvisation. Entre mes obligations professionnelles et mes voyages, il me reste de toute façon peu de temps pour souffler. Cette maison sera donc l’occasion de m’offrir une parenthèse à seulement une heure de Bruxelles. Un vrai luxe. »

SON ACTU

Pour la maison belge Natan, dont Edouard Vermeulen est le fondateur et le directeur artistique, septembre est le mois du lancement des nouvelles collections en boutiques. Et comme chaque rentrée, l’enseigne de la rue de Namur à Bruxelles servira d’écrin à Collectif, une présentation du travail de jeunes créateurs issus de domaines aussi divers que l’art, le design ou la création d’accessoires. L’objectif: leur offrir une vitrine prestigieuse, encourager les synergies et, pourquoi pas, comme ce fut le cas avec Façon Jacmin, déboucher sur une collaboration entre certains de ces créateurs et Natan.