Home People Celebs Olivia en vrai
Olivia en vrai

Olivia Borlée comme vous ne l’aviez jamais vue!

Au-delà de ses exploits sportifs et de son caractère de battante se cache une jeune femme douce et sensible. Elle se confie, entre autres, à propos de son mariage qui approche. 
 
Autre challenge: en septembre, tu te maries. Comment tu as rencontré ton futur mari?
En boîte, au Mirano!
 
Tu étais déjà connue?
Non, c’était en 2006, je n’avais pas encore fait grand-chose. Mais il m’avait reconnue. Il s’est passé quelque chose entre nous ce soir-là, mais on ne s’est pas parlé. On a pris le temps de se connaître.
 
Tu veux bien nous parler de lui?
Pas trop, il ne serait pas content. Ça fait huit ans qu’on est ensemble. Il m’apporte énormément, il me ramène à la réalité. Parfois, je suis tellement focus sur notre sport. Il m’ouvre d’autres horizons. Même quand je suis fatiguée, il me pousse à garder ma vie sociale. Il me soutient beaucoup dans ce que je fais, il me pousse à fond. Déjà rien qu'en supportant cette vie où je suis très souvent partie et qui demande énormément de rigueur. Il a toujours accepté.
 
Et ta famille aussi! Quand tu prends un Borlée, tu as tous les autres!
Oui! Il s’est bien intégré, il s’entend bien avec tous.
 
Votre mariage, en septembre, ce sera quel genre?
Déjà, on ne se marie pas à l’église. À part le fait qu’on fera réception-repas-soirée, ce ne sera pas trop traditionnel. Je n’ai pas envie d’un château, mais plutôt de quelque chose de très urbain, de plus industriel. On a envie de faire la fête avec les gens qu’on aime. Et déjà rien qu’avec nos familles – qui sont très grandes –, ça fait du monde!
 
En robe blanche quand même?
Oui, ça, de toute façon! C’est mon rêve de petite fille. Je suis allée la choisir avec ma maman, ma grand-mère et ma sœur.
 
Et après, voyage de noce autorisé?
Oui, on se marie en septembre justement parce que c’est la fin de saison pour moi.
 
Curieuses d’en savoir plus? Retrouvez l’interview complète dans le GAEL d’août
 

Olivia et Anne-Sophie

Olivia et notre rédactrice en chef, Anne-Sophie Kersten