Notre Gael Guest d’octobre, Melanie De Biasio, nous fait découvrir Charleroi au travers de ses plus chouettes adresses culturelles. Plongée au coeur du Pays noir.

C’est dans sa belle maison que la chanteuse a reçu notre journaliste Aurore D’Haeyer. Mélanie De Biasio vient tout juste d’acquérir une superbe demeure au cœur de Charleroi, à un jet d’onglet de guitare du Palais des Beaux-Arts avec pour voisin immédiat le petit parc Reine Astrid. Malgré un agenda de rock star, elle a pris le temps de nous recevoir en son lumineux Pays noir pour une balade à la découverte des lieux emblématiques du renouveau carolo.

Où croiser Mélanie?

Au Palais des Beaux-Arts

L’entrée principale et la salle des guichets ont été modernisées dans une extension de verre lumineuse et design, mais c’est par l’ancienne entrée que Melanie nous fait passer. «Mes premiers souvenirs ici, ma première scène: la Fête laïque, comme beaucoup de jeunes Carolos! On avait dû chanter devant le public, j’avais joué un peu de flûte. C’est un endroit qui m’impressionnait beaucoup, de par son architecture déjà. Et puis c’est un lieu emblématique de la culture à Charleroi. »

Au Rockerill

Site emblématique du passé industriel de la région, les Forges de la Providence ont été réhabilitées en un incroyable espace de création. Il a été rebaptisé « The Rockerill » par un collectif d’artistes et d’amis il y a une dizaine d’années. C’est là que Melanie a choisi de chorégraphier et de tourner son dernier clip.

À la Manufacture urbaine

Le projet de la Manufacture urbaine s’est installé dans les anciens bâtiments de la Médiathèque, non loin de la gare et des quais de Sambre. Trois jeunes gars portent le projet avec une énergie qui fait plaisir à voir. Le resto mise sur les produits frais, locaux et de saison. « La pomme de terre servie dans l’assiette pousse à 3 km d’ici, la saucisse est fabriquée à Gerpinnes, c’est du local et bio dans le bon sens du terme. Tout est super bon et le lieu est incroyable. »

À la bibliothèque Rimbaud

Dans la ville haute, on découvre le quartier des anciennes écoles de Mélanie. « Quand j’étais en primaire, j’ai pris des cours de dessin dans cette bibliothèque. Et je passais devant tous les jours pour aller à l’Athénée. J’adorais y rester des heures, le nez dans les livres. Les odeurs, le bruit des pages qu’on tourne… ça m’émeut toujours. Dans nos villes et villages, on est rarement conscient de la chance que l’on a d’avoir des bibliothèques publiques. C’est l’accès à la culture pour tous, gratuitement. »

À travers la ville

« Avec des projets comme la démolition/ reconstruction d’une bonne partie de
la ville basse, la création du Quai 10 et les initiatives çà et là, c’est toute une ville que l’on sent en mouvement. Que la 3e édition de ART PUBLIC prenne place ici cette année, c’était, d’une certaine manière, dans la logique des choses. Une quinzaine d’artistes et de collectifs vont présenter leurs œuvres. »

 

GAEL en octobre L’intégralité de cet article est à découvrir dans votre Gael d’octobre. Foncez en librairie!

Plus de bonnes adresses: