Les yeux d’Inge Onsea brillent en permanence. Mais lorsqu’elle parle de l’Inde, son regard s’illumine. Son amour pour les couleurs, les paillettes, les mélanges d’imprimés et une certaine forme d’extravagance est né ici, alors qu’elle n’était encore qu’une toute jeune femme, prête à conquérir le monde. Pour GAEL, Inge est retournée en Inde l’été dernier, là où l’aventure d’Essentiel a vraiment débuté. Un voyage sous le signe du souvenir… par 52 °C.

Amour de jeunesse

« J’avais 19 ans lorsque mon amoureux de l’époque et moi avons décidé de partir à la découverte de l’Inde, sac au dos. C’était en 1989. Avant les GSM et Internet. L’Âge de pierre, en quelque sorte. Lorsque nous sommes arrivés à Delhi, nous n’étions absolument pas préparés psychologiquement. Quel choc culturel! Il faut savoir que les vols au départ de l’Europe atterrissent toujours de nuit. On ne voyait rien, mais les odeurs, les bruits et les gens, avec leurs foulards noués autour de la tête, nous ont tout de suite impressionnés. Sans parler des vaches et des moutons qui se baladaient en pleine ville, juste à côté de nous… On trouvait tout complètement dingue. Nous sommes tombés dans tous les pièges que les Indiens tendent aux touristes. À commencer par le chauffeur de taxi qui nous a conduits dans un autre hôtel que celui que nous avions réservé, juste parce qu’il avait un deal là-bas. L’endroit était dégoûtant », raconte Inge Onsea.

Notre Guest Inge Onsea présente les racines de la marque Essentiel, en Inde - Gael.be

Une rencontre qui va tout changer

« Le matin suivant, je n’avais qu’une envie: rentrer chez moi! Sur la Connaught Place — où se trouve l’Hôtel Imperial, où nous séjournons aujourd’hui encore —, j’ai demandé mon chemin à un policier. Il ne parlait pas un mot d’anglais, contrairement au monsieur très sympathique qui l’accompagnait. En fait, il s’agissait d’un ministre et de son garde du corps. Le ministre en question a fini par nous inviter chez lui. Nous y sommes restés une semaine entière. Ce séjour qui avait débuté de manière plutôt cauchemardesque s’est transformé en une expérience absolument fantastique. Cette anecdote résume bien l’impression qu’on ressent lorsqu’on séjourne en Inde, un pays où le pire côtoie le meilleur en permanence. Le ministre m’a offert mon premier sari. Au bout d’une semaine, j’étais accro à l’Inde et aux gens », se remémore Inge.

« Dans les années 90, la tendance était minimaliste. Avec nos collections explosives, on sortait du lot »

« Quelques années plus tard, j’ai fait la connaissance d’Esfan (Eghtessadi, NDLR). Sa famille travaillait dans le textile. En tant que mannequin, le vêtement et l’univers des showrooms m’étaient familiers. En 1999, nous avons lancé une première collection de t-shirts. D’emblée, j’ai ressenti le besoin de proposer des pièces colorées et pleines de gaieté. Très vite, nous avons compris que ce serait notre marque de fabrique, notre fil rouge. Même si certaines personnes trouvent improbables nos mélanges de couleurs, nous n’avons jamais tourné le dos à ce concept de base » assure la créatrice.

Notre Guest Inge Onsea présente les racines de la marque Essentiel, en Inde - Gael.be

« Au début, nous avons décidé de faire produire nos collections en Inde. Mais dans ce pays, tout est tellement chaotique qu’il est difficile de bosser dans de bonnes conditions. Vous demandez un pantalon vert, on vous en livre un bleu. Ou vous commandez dix t-shirts et vous réalisez qu’ils sont tous différents. Quant aux délais de livraison, c’est un vrai cauchemar… En 2006, après avoir tout essayé, nous avons finalement décidé d’opter pour une usine en Chine. Mais au bout de deux ans, nous avons senti que l’âme d’Essentiel avait disparu. L’Inde nous manquait. Aujourd’hui, les collections sont à nouveau produites là-bas. C’est un vrai plus pour le label. Nous nous y rendons jusqu’à quatre fois sur une seule année. Nous puisons notre inspiration sur les marchés, là où les locaux font leurs courses. Les tissus, les couleurs, les paillettes… Tout est simple, mais pour nous, ça reste une caverne d’Ali Baba. »

Notre Guest Inge Onsea présente les racines de la marque Essentiel, en Inde - Gael.be

Envie de porter un t-shirt 100% exclusif créé de A à Z par Essentiel pour GAEL? Découvrez le splendide t-shirt Ganesha, qui vous fera voyager en Inde! Une pièce délicate et ultra exclusive qui se mariera avec tous vos looks.

GAEL en septembreDécouvrez-en plus sur notre Guest dans le GAEL spécial mode de septembre, disponible en librairie!

Plus de GAEL-Guests