Exit nos a priori mode. Marie Honnay, notre experte fashion, déshabille nos certitudes et décrypte les tendances de la saison, testing à l’appui. Elle nous livre son verdict et ses bons plans pour assurer en mode stylé. Cette semaine, Marie tente de trancher: la santiag est-elle vraiment fashion-crédible? Suivez Marie sur Instagram @mariehonnay.

Une paire de santiags, c’est le plus court chemin vers la branchitude absolue ou… le fashion faux-pas savamment orchestré. Un coup, ça en jette. Le coup d’après, vous avez l’air d’une cowgirl sur le retour. D’où la force de ces bottes qui vous classent illico dans la catégorie des vintage-addicts en puissance. Pour tenter de m’approprier ces boots aussi sublimes qu’improbables, j’ai testé leur potentiel sur base d’une paire en cuir camel dénichée chez Miscellany à Liège. 

La santiag en pratique

L’une des clés de ces deux looks, c’est qu’ils ne jouent ni l’un ni l’autre la carte du premier degré. J’ai donc zappé les franges, les détails western et autres signes qui pourraient faire western spaghetti. Le vrai bon plan: les sacs très chics, tout deux signés Lancel pour La Maroquinerie. Sur un ensemble jeans, t-shirt vintage D&G (aussi Miscellany) et blazer, la besace à bandoulière sporty fait le show. Et sur la longue jupe léopard, l’addition boots western et petit sac camel fait mouche.

Mon verdict

Oui, on en redemande. Parce qu’elle est cool et confortable, aussi parfaite avec un jeans qu’avec une longue jupe, cette botte en cuir et daim affiche une jolie patine rétro qui nous affole. Les plus jeunes ou fashion-addicts la porteront aussi avec un short en jeans et un long cardigan boho chic pour aller à un festival. 

Mini shopping

So frenchy


Isabel Marant, 440 € sur mytheresa

100% roots

Sendra, 265 €

Branchée

Ganni, 520 € sur Net-a-Porter

Brodée

Golden Goose, 790 € sur Net-a-Porter

Les deux sacs Lancel de ce shooting font partie de la sélection de La Maroquinerie à découvrir au Rendez-vous de la Maro, un pop up organisé par du 27 au 30 avril 2019, Rue Saint-Paul, 2 à Liège.