Exit nos a priori mode. Marie Honnay, notre experte fashion, déshabille nos certitudes et décrypte les tendances de la saison, testing à l’appui. Elle nous livre son verdict et ses bons plans pour assurer en mode stylé. Cette semaine, elle s’est amusée à glamouriser le pantalon sportswear.

Plus besoin de présenter la tendance sportswear. Depuis quelques saisons, les pantalons et survets de jogging, sans parler des sneakers, envahissent nos dressings et flirtent avec nos chemisiers en soie et blazers en tweed. En théorie, le rapprochement séduit. Dans la pratique, il est plus hasardeux. Du coup, j’ai décidé de tenter l’expérience sur base d’un fuseau Paco Rabanne et d’un jogger en matière parachute 3.1 Philipp Lim, les deux trouvés chez Icon à Bruxelles

Le pantalon sportswear version chic, mode d’emploi

Pour le premier look, j’ai joué la carte vintage en misant sur un fuseau. Oui, le pantalon des eighties avec un élastique sous le pied. Sous ses apparences un peu improbables, ce modèle présente l’avantage, si vous optez pour une belle matière stretch, de fuseler les jambes. Pour lui donner un look plus chic, je l’ai associé à une jolie chemise en soie. Le résultat est contemporain et assez élégant pour sortir le soir. Surtout si vous ajoutez une jolie pochette arty. Pour le second look, j’ai tenté d’apprivoiser un jogger en toile de parachute. Cette fois encore, l’idée était de lui donner une apparence très soir. Mon arme absolue: un long manteau 42/54 esprit peignoir de boxeur (aussi chez Icon) , sorte de cape du soir joliment chic.

Mon verdict

Si vous soignez votre choix d’accessoires (une jolie paire d’escarpins, une pochette, un bijou qui brille…), vos pantalons sportswear, au lieu de faire tache, vont dynamiser vos looks du soir. Sans parler de leur confort. Ca tombe bien: on avait justement envie de danser. @mariehonnay

Mini shopping

Le coup du parachute

3.1 Philipp Lim, 199 € chez Icon.

Petit luxe girly

Emilio Pucci sur Net-A-Porter

Logo-mania

Gucci sur Farfetch

Rétro-moderne

Paco Rabanne, 190 € chez Icon.

MARIE SE DÉSHABILLE: