Exit nos a priori mode. Marie Honnay, notre experte fashion, déshabille nos certitudes et décrypte les tendances de la saison, testing à l’appui. Elle nous livre son verdict et ses bons plans pour assurer en mode stylé.

La chemise grunge au bureau: bonne ou mauvaise idée?

Revival des nineties oblige, la chemise, robe ou combi à carreaux esprit rock/grunge est à nouveau tendance. On la retrouve tant dans les collections de l’été que dans celles de l’automne prochain (comme chez Chloé ou Gucci). Si on aime son côté cool et très rock, cette tendance ne se classe évidemment pas dans le registre du formal wear. Difficile, dans ces conditions, de la déloger de son créneau leisure. A moins, bien entendu, de l’upgrader un peu. J’ai testé le concept sur base d’une robe chemise et d’un modèle sans manche Primark.

Les carreaux en pratique

Lorsqu’on veut donner un supplément style à ce type de pièces, deux possibilités s’offrent à vous. Vous pouvez soit miser sur un mariage grunge/classique ou sur un mix  grunge/funky. Pour la première silhouette de ce testing, j’ai associé la robe chemise à un blazer classique esprit business rehaussé de petit volants au niveau des poches. Ajoutez une paire de sandales compensée en cuir, un petit sac en daim très chic et un bijou esprit rock. Vous voilà parée pour la réunion de 10 heures. Deuxième option, un peu plus osée: l’addition chemise grunge et pantalon ou legging fleuri. Pourquoi l’ensemble reste portable? Parce que le haut et le bas sont chromatiquement coordonnés et que le reste du look (blazer, boots et sac) joue la carte chic et sobre.

Mon verdict

Puisqu’elles ne passent jamais vraiment de mode, les pièces à carreaux constituent un bon investissement. A mi-chemin entre le masculin et le féminin, l’hiver et l’été, vous les porterez d’un bout à l’autre de l’année sans trop vous poser de question.

Une touche grunge: mini shopping

Pastel grunge

H&M, 14,99 €

Néo-jupe

River Island, 14,99 €

Sans manches

Iro, 185 € sur Farfetch

Très luxe

Saint Laurent, 590 € sur mytheresa

Plus de « Marie se déshabille »: