Les divas de la blogosphère d’hier ont donné vie à une génération de prescriptrices de tendances. Une vague sur laquelle la mode a appris à surfer…

NOUVELLES STARS

Dès 2010, les journalistes mode des magazines les plus prestigieux du monde ont été confrontés à une nouvelle réalité, celle de devoir partager, lors des défilés, le premier rang avec des jeunes filles aussi lookées qu’inconnues: les nouvelles stars de la blogosphère. Lorsqu’elles ont commencé à inonder la toile de leurs selfies et autres conseils style — au point, pour les plus malignes, de se voir catapultées dans la catégorie VIP —, beaucoup d’observateurs se sont demandé comment elles avaient pu aussi rapidement en arriver là. Le principe de base de leur réussite: l’ego-marketing, un terme — nouveau, lui aussi — qui peut se résumer à une addition très simple: confiance en soi XXL + audace sans limite. Il a en effet suffi à ces blogueuses de poster avec constance et rigueur de jolis clichés de leurs looks journaliers sur la toile pour se faire rapidement une place de choix sur la guest list des marques et des créateurs qui comptent.

« Un seul de leurs posts permet aux labels de toucher en une fois des millions de consommatrices potentielles. »

Sur ces blogs, le contenu rédactionnel importe finalement peu. Ce qui a d’emblée fait la différence, c’est la qualité de leurs photos, des photos — marketing oblige — clairement légendées et créditées. Au départ, les médias classiques n’ont guère cru au succès de cette nouvelle manière de parler mode. Mais face à la notoriété de plus en plus grande de certaines blogueuses, les plus sceptiques ont bien dû se rendre à l’évidence: à la sortie des défilés, ces néo-mannequins faisaient presque autant le buzz que les vêtements qui venaient d’être montrés sur le catwalk. À ce stade, il ne s’agissait évidemment déjà plus de simples blogueuses agissant dans l’ombre, mais bien de véritables femmes d’affaires suivies par des millions de followers et qui, consécration suprême, se retrouvaient même en cover des magazines de mode internationaux. Pour les marques, ces super blogueuses ouvraient de nouvelles opportunités marketing. Un seul de leurs posts permettait en effet aux labels de toucher en une fois des millions de consommatrices potentielles.

LE NOUVEAU MÉDIA MODE?

Leur succès était tel qu’on pouvait se demander si cette nouvelle manière de communiquer était en passe de supplanter les magazines. Mais le blog de mode classique allait bientôt voir arriver un concurrent de taille: Instagram. En un rien de temps, ce médium rapide, instinctif et interactif a remplacé les blogs traditionnels. À coups de filtres et de tags prescripteurs, les blogueuses les plus à la page se sont encore rapprochées de leurs fans. Contrairement aux blogs qui permettaient à certaines modeuses de donner leur avis ou de jeter un regard un peu décalé sur les tendances, Instagram — et ses filtres sublimateurs de looks — ne joue pas dans cette cour- là. Un bon point pour les journalistes et les magazines qui, du coup, ont repris la place qu’ils occupaient avant l’arrivée des blogs en traitant l’info mode avec plus de profondeur, voire de recul. En d’autres termes, Instagram propose des looks, des marques et des tendances. Les magazines les dissèquent, les commentent, les expliquent. Deux médias complémentaires, donc.

D’INFLUENCEUSE À DESIGNER

Sept ans après le grand boom de la blogosphère, seules les blogueuses superstars sont toujours dans la course, comme Chiara Ferragni, peut-être la plus connue de toutes, mais aussi Leandra Medine (Man Repeller) et Zanita Whittington (Zanita Studio). Femmes d’influence, prescriptrices de tendances, elles sont aussi à la tête de business florissants. En Belgique, c’est la flamande Emma Gelaude qui, dès octobre 2007, s’est lancée dans l’aventure du blog de mode.

Dix ans et un bébé plus tard, la créatrice de MyFashionBlog.be a, elle aussi, senti que ses lecteurs avaient envie de changement. Elle-même rêvait d’autre chose. Car le nom de son blog comme sa formule ne lui correspondaient plus. Conséquence: la jeune femme a lancé Emmagelaude.com, un site sur lequel elle donne, en anglais, des conseils style et une foule d’infos sur les dernières tendances ainsi que sur l’entrepreneuriat, un thème — on l’aura compris — qu’elle maîtrise plutôt bien. En plus des photos, la néo-blogueuse poste également des vidéos ainsi que des liens qui permettent à ses followers de shopper directement les pièces qu’elle présente. Depuis peu, en marge de leur activité de chef d’entreprise, certaines blogueuses sont également devenues designers. Un exemple parmi les plus récents: Chiara Ferragni qui, après avoir porté et assuré la promo des boots de la Belge Virginie Morobe, s’est associée à la créatrice le temps d’une collection.

GAEL février 2017Retrouvez cet article en intégralité dans le GAEL du mois de février, disponible en librairie!

 

 

 

 

Poursuivez votre lecture: