Shopping cool, expos démentes, dîner romantique, bons plans branchés…. Dénicheuse d’adresses en vue, @mariehonnay vous a concocté un programme d’enfer pour passer 48 heures de folie à Paris. C’est PARTY!

Un samedi en pleine lumière

Parce qu’elle est magique et qu’elle s’adresse à tous, c’est l’une des expos dont on parle le plus dans la capitale. Jusqu’au 11 novembre prochain, l’Atelier des Lumières rend hommage à Klimt (dont on célèbre le centenaire de la disparition cette année), le temps d’un son et lumière unique en son genre. Le lieu (une ancienne fonderie de plus de 3.000 m2 inaugurée tout récemment) sert de décor à un show qui mêle projections vidéos et musique. A 3 minutes de là, rue du Chemin Vert, offrez-vous ensuite un lunch green au Welwitsch. Décorée dans une dominante de rose, cette cantine bio et vegan propose des assiettes toute fraiches aux influences portugaises concoctées par l’adorable Patricia. Toujours dans le Marais, le concept store Merci est le rendez-vous des fans de shopping branché. Mode, déco, accessoires, gadgets hightech… Tout ce que vend Merci est cool et désirable, à l’image de son café où il fait bon grignoter un gâteau ou un cappuccino dans l’après-midi.

Pour terminer cette journée d’été sur une note romantique, réservez un dîner à bord du Don Juan II. Découvrir la ville autrement, depuis la Seine et by night, c’est le concept des dîners croisières des Yachts de Paris. Oubliez tout ce que vous croyez connaître des balades du même genre. Parce que ce bateau n’accueille qu’un petit nombre de personnes (40 max) et que le service est ultra personnalisé (on vous accueille avec une coupe de champagne que vous sirotez sur le pont en attendant le départ), l’expérience se veut exclusive à tous les points de vue. Le moment phare de la soirée reste le passage, pile après le plat principal, devant la Tour Eiffel qui semble scintiller juste pour vous.

Crédit: AE Thion

Un dimanche bobo chic

Si vous êtes fan de mobilier vintage ou que vous avez juste envie de faire comme les bobos parisiens qui adorent y chiner le dimanche matin, les puces de Saint-Ouen (sutout le Marché Serpette, le plus couru) est un passage obligé. Avant ou après votre balade, réservez une table au Mob Hotel, un nouveau hotspot du quartier fréquenté par les hipsters et les familles ultra cool qui viennent y bruncher dans un décor néo-vintage très branché. Les pizzas sont démentes, tout comme le buffet super nature. En milieu d’après-midi, prenez la direction de la Fondation Louis Vuitton. L’exposition Au Diapason du Monde (un must absolu, ne serait-ce que pour l’importante section dédiée à Takashi Murakami) n’est que l’une des multiples raisons de vous rendre jusque-là. L’incroyable bâtiment de Frank Gehry qui abrite ce musée d’exception en est une autre.

Admirer Paris depuis les terrasses de ce navire tout blanc en dévorant une glace signée Pierre Marcolini (qui y a installé un bar à esquimaux) fait partie des petits plaisirs estivaux qu’on ne se refuse pas. Tout comme un tour de manège au jardin d’acclimatation de Paris. Tout juste rouvert après d’importantes transformations, il est accessible sur présentation du ticket d’entrée de la fondation. Admirez les paons qui font la roue juste pour vous sur les pelouses du jardin, embarquez-vous pour un tour de huit-aérien ou montez sur un cheval en bois du manège à l’ancienne. Et si tout cela vous a donné faim, filez, à l’heure du diner, dans l’un de nos repères préférés de la capitale: le Pink Mamma, une cantine italienne qui nous donne une seule envie: tout ramener à la maison. Des assiettes peintes à la main aux serveurs qui prennent la commande en VO en passant par les plats aussi délicieux que gargantuesques, ce resto a mille fois tout bon.

Thalys relie Bruxelles à Paris en 1 heures 22 jusqu’à 25 fois par jour. Biller aller à partir de 29 € en classe standard. Vous pouvez aussi réserver votre trajet IZY, l’alternative ferroviaire low cost. Comptez 2 heures 15 de trajet. Billet à partir de 19 €.