365 jours d’ensoleillement par an, plages de sable blanc et spots aquatiques accessibles à tous… Ce trésor des Caraïbes est l’évasion hivernale rêvée.

Notre journaliste a visité pour vous la merveilleuse Aruba. Véritable perle des Caraïbes, l’île fait rêver les voyageurs. Comme si les photos paradisiaques ne suffisaient pas, notre journaliste a sélectionné ses spots préférés. Petite visite guidée de l’île!

Voyage voyage

“Bon bini na Aruba.” Amayra, notre guide, nous souhaite la bienvenue dans le petit aéroport d’Oranjestad. Un pas sur le sol caribéen et nous tombons le pull illico. Ici, les températures avoisinent constamment les 30 degrés. Dès notre arrivée à l’hôtel, il nous faut peu de temps pour nous acclimater au tempo de l’île: alors que le soleil sombre lentement sous l’horizon, nous nous délectons d’un cocktail. Des amoureux se baladent main dans la main le long de l’eau alors que nous assistons à un spectacle coloré avec la mer des Caraïbes en toile de fond. Les vacances peuvent commencer!

PLAGE VERTE


Nous entamons notre première journée par une session de yoga sur la plage. Nous séjournons au Bucuti & Tara Beach Resort, un écolodge de l’Eagle Beach. Les guides de voyage ne mentent pas: c’est sans aucun doute la plus jolie plage d’Aruba. Ici, on prend le petit-déjeuner les pieds dans le sable et le soir, on dîne au soleil couchant.

PETITE ÎLE, GRANDES ESCAPADES


Bien qu’Aruba ne fasse que 193 km2, on découvre ici une variété infinie de paysages. Pour Stéphanie, Belge et manager — avec sa sœur jumelle — du boutique-hôtel Boardwalk, la meilleure manière de découvrir l’île est de louer une voiture et de tracer sa route comme on l’entend. Se perdre est mission impossible et vous tomberez au cours de votre périple sur de nombreux sites photogéniques. Bon à savoir: plus tôt vous partez, plus vous vivrez des moments uniques et moins vous croiserez de touristes. Embarquez tuba et chaises de plage dans votre véhicule et vous voilà fin prêts.

La Côte Ouest


Sur la côte ouest, nous découvrons de superbes plages et une mer aux cinquante nuances de bleu. Nous nageons dans une eau chaude et profitons des nombreuses possibilités aquatiques qu’offre Aruba: plongée, snorkeling, paddle, jet ski… La mer, dans ce coin de l’île, se prête parfaitement à toutes ces disciplines. Ici et là, on tombe sur le légendaire divi-divi. Avec sa couronne déformée et sa tige courbée, cet arbre témoigne de l’empreinte du vent qui souffle presque continuellement sur l’île. Découvrir cette partie de l’île à vélo est une vraie partie de plaisir. Au point d’oublier le dernier col ardu qui mène au phare dès que nous découvrons la vue.

SAVEUR LOCALE


Quand nous atteignons le sud, nous découvrons une ambiance encore plus typique. Nous traversons la mangrove à hauteur de Mangel Halto, qui abrite plusieurs bancs de plage discrets. Ici, on peut tranquillement se prélasser au soleil et s’adonner au snorkeling. Une valeur sûre, car le monde sous-marin d’Aruba est l’un des plus beaux au monde. Les poissons-perroquets et les hippocampes nagent ici parmi les rifs de coraux et les épaves de bateaux. Avec un peu de chance, vous pourrez même admirer une tortue de mer ou une raie dasyatidé. Un peu plus loin, nous entrons dans Sava-neta, le plus important repaire de poissons de l’île.

La fraîcheur dans l’assiette


Au Zeerover, vous passez en mode « local ». À l’origine, le lieu permettait d’acheter du poisson frais auprès des pêcheurs. C’est encore possible aujourd’hui, mais un restaurant s’y est également installé depuis. Nous prenons place à une table sur le ponton en bois couvert. Alors que nous entendons les vagues cogner les pieds du quai, nous profitons de toutes les curiosités qui nous entourent: les bateaux de pêcheurs qui amarrent, les mouettes qui chassent le poisson frais, les employés qui nettoient la pêche du jour alors que d’autres envoient des commandes en cuisine. Le poisson local, comme le mahi mahi, est grillé, cuit et se retrouve, en direct de la mer, dans notre assiette. Impossible d’offrir plus frais ni plus authentique, avec la bière locale que nous commandons.

L’EMPREINTE DU PASSÉ


Pour notre dernier jour, nous visitons la capitale, Oranjestad. Les touristes peuvent s’y balader en toute quiétude. Mark, guide de l’organisme Aruba Walking Tours, nous fait découvrir les plus jolis bâtiments de la ville. Alors que nous tournons le coin de la Wilhelminastraat, notre regard s’arrête sur un bâtiment blanc et vert vif. Mark nous raconte que cet ancien lieu colonial a été rénové et reconverti en mairie, où des couples scellent régulièrement encore leur amour.

Dans le quartier, d’autres vestiges de la période coloniale dans des tons colorés typiques de l’île. Plus loin, le fort Zoutman, un ancien phare conquis par les pirates au 19e siècle et aujourd’hui transformé en musée. Dans la cour intérieure, un groupe de jeunes en habits de fête se préparent pour le Bon Bini Festival qui a lieu tous les dimanches soirs et lors duquel locaux et voyageurs se rencontrent. Depuis les hauteurs, nous jetons un ultime regard sur cette ville arc- en-ciel et sur un coucher de soleil, en guise de souvenir des Caraïbes.

Plus de spots de rêve sur notre page « tourisme » ou dans le nouveau numéro de GAEL disponible en librairies.

Sur le même sujet: