Comme quoi, il ne faut jamais abandonner ses rêves! Depuis son plus jeune âge, Jacqui Kenny rêve de parcourir le monde. Son seul obstacle? L’agoraphobie!

Voyager depuis son canapé

Qui a dit qu’il fallait sortir de chez soi pour voyager? Jacqui Kenny, une jeune Néo-Zélandaise qui habite à Londres, souffre d’agoraphobie. Ayant peur de la foule, chaque sortie est une véritable épreuve pour elle. Elle se trouve en proie à des crises de panique dès qu’elle estime qu’un endroit est trop fréquenté. Mais, au lieu de se morfondre sur sa situation, la jeune femme a décidé d’outrepasser ses peurs! Eh oui, malgré sa phobie, elle voyage depuis son canapé… derrière son écran d’ordinateur.

Comme chaque touriste, elle prend des photos de ses aventures (merci Google Street View). La jeune femme a fait une compilation de tous ces voyages virtuels sur un compte Instagram, baptisé Agoraphobic Traveller.

Véritable exemple pour les personnes souffrant d’agoraphobie, la jeune femme passe des heures à repérer les trésors cachés de Google Street View. Dans un entretien à National Geographic, la jeune photographe parle de sa phobie et de son succès sur les réseaux sociaux. « Dans les mauvais jours, je suis incapable de me rendre au supermarché, pourtant à vingt mètres de chez moi », a expliqué Jacqui.

25.000 photos

« J’ai toujours aimé la photographie, mais je ne suis pas une photographe professionnelle. Un jour, je me suis retrouvée à fouiller mon quartier sur Google Street View et j’ai commencé à prendre des captures d’écran. Après avoir exploré le monde pendant un certain temps, je me suis rendue compte que la caméra Google Street View m’aidait à à développer un certain sens de l’esthétique« , a-t-elle assuré.

Avec près de 25.000 captures d’écran, la jeune femme est parvenue à se créer son propre style, si bien que son compte Instagram a conquis près de 35.000 followers. Jacqui ne prend pas des photos à la légère, mais comme un véritable photographe professionnel elle attend le moment opportun pour prendre ses photos. « La lumière est très importante. Une fois l’endroit adéquat trouvé, je peux passer des heures à dénicher le moment spécial. Cela peut me prendre quelques jours, voire toute une semaine pour obtenir la capture souhaitée », assure la photographe.

Jacqui privilégie des endroits isolés: deserts, plaines ou encore campagnes. La prochaine étape pour la globe-trotteuse des Internet? Organiser une exposition avec ses 170 clichés et, qui sait, peut-être un jour fouler les endroits qu’elle a mitraillé avec sa webcam.

Sur le même sujet:

PARTAGER