Ce mardi 26 septembre, le roi Salman d’Arabie Saoudite a signé un décret permettant aux femmes de prendre le volant. Un petit pas pour le pays, un grand pour les femmes.

ENFIN: c’est le mot qui est sur toutes les lèvres des Saoudiennes depuis la grande annonce du roi Salman. En effet, l’Arabie Saoudite était le seul pays au monde à interdire la conduite aux femmes. Une mesure complètement surréaliste contestée depuis plusieurs années par les habitantes. Alors qu’elles avaient le droit de rouler à Londres ou à Dubaï, elle se faisaient systématiquement arrêter quand elles prenaient le volant dans leur pays. Un non sens en 2017, on vous l’accorde. Mais, si la levée de cette interdiction peut sembler n’être qu’une petite avancée, elle est pourtant très symbolique dans ce pays où les femmes subissent encore de nombreuses discriminations.

Encore un peu de patience

La nouvelle, assez inattendue, a ravi les femmes du pays et a, en quelques heures, fait le tour du monde! Les Saoudiennes ont pu exprimer leur joie à travers les réseaux sociaux. Car, ce progrès, elles ne l’espéraient plus ou du moins pas avant une dizaine d’années. Fawzia Al-Bakr, figure emblématique de la lutte pour les femmes en Arabie Saoudite a fait exploser sa joie sur Twitter: « C’est fantastique, je plane. Cela fait vint ans que l’on attendait cette mesure. Toutes mes amies débarquent chez moi pour faire la fête. » 

Malheureusement les Saoudiennes devront s’armer d’encore (un peu) de patience. Car, si le décret a été adopté, il faudra encore attendre 10 mois (juin 2018) pour qu’il entre en vigueur. Cette interdiction était contestée par les femmes (et certains hommes) depuis des décennies. Plusieurs humoristes avaient d’ailleurs osé critiquer cette aberration avec des parodies ou d’autres sketchs comme ce fut le cas avec la chanson satirique « No woman, no drive » vue plus de 14 millions de fois.

Pas à pas

Si l’on constate quelques avancées dans la lutte pour l’égalité entre homme et femme en Arabie Saoudite (comme l’ouverture des premières écoles pour filles) de nombreuses restrictions persistent encore dont certaines totalement aberrantes. La prochaine étape dans cette lutte pour l’égalité? L‘abolition de la tutelle. Encore aujourd’hui, toute femme qui veut signer un contrat, voyager, ou entreprendre quoi que ce soit en Arabie doit se procurer l’accord d’un tiers masculin de sa famille (père, époux, frère). Si les Saoudiennes peuvent enfin conduire, la route vers l’égalité homme-femme est encore longue.

+ de bonnes nouvelles: