À chaque fois c’est la même chose: vous découvrez une série, vous y adhérez et, vous ne savez pas par quel mystère vous engloutissez une saison en une semaine, voire un week-end. Avec Netflix et ces autres plateformes de vidéos à la demande, on a accès à une quantité de séries en permanence. Et si ce « binge-watching » avait un impact négatif sur notre santé?

Les conséquences du « binge-watching »

« 13 Reasons Why« ? 10 jours. « Big little lies« ? Une semaine. « Atypical« ? Un week-end. On ne veut pas vous faire peur, mais votre profil ressemble étrangement à celui d’une « serial-addict« . Une fois que vous commencez une série, vous ne pouvez pas vous empêcher d’enchaîner les épisodes. « Allez encore un petit », telle est votre devise. Ce comportement ne serait pas sans conséquence. C’est en tout cas ce que révèlent des chercheurs de l’Université du Michigan dans une étude publiée le mois dernier dans The Journal of Clinical Sleep Medecine. Selon eux, le visionnage compulsif de séries serait à l’origine de vos nuits agitées… Le « binge-watching » entraînerait un sommeil de mauvaise qualité et augmenterait la fréquence de vos insomnies.

L’enquête virtuelle

Pour étudier l’influence des séries sur la santé, les chercheurs ont réalisé un questionnaire en ligne. Au total, plus de 423 jeunes adultes ont été sondés. Ils ont évalué le temps qu’ils passaient devant leurs écrans, la qualité de leur sommeil, leur état d’excitation (coucou Game of Thrones ou Orange is the new black) et leur sensation de fatigue. Conclusion? 1 jeune sur 5 a avoué enchaîner les épisodes (seulement?) et plus de la moitié des répondants ont confessé regarder 3 voire 4 épisodes en une seule soirée.

 « les accros aux séries ont 98 % de chances en plus que les autres de développer des troubles du sommeil. »

« Les séries tiennent les spectateurs en haleine. Ils sont accrochés à l’écran. Ils sont intensément impliqués dans le contenu et peuvent continuer à y penser quand ils veulent aller dormir« , explique Liese Exelmans, une des chercheuses. « Cela prolonge la période d’endormissement ou, en d’autres termes, cela nécessite une période plus longue pour se ‘refroidir‘ avant d’aller dormir, ce qui affecte le sommeil en général », a-t-elle confié aux journalistes de BFM. C’est cette excitation pré-dodo, scientifiquement appelée « état d’alerte mentale » qui provoque ces troubles du sommeil. Ainsi, les accros aux séries ont 98 % de chances en plus que les autres de développer des troubles du sommeil.

Un cycle perturbé

Jusque là, rien de trop alarmant. Cependant, la situation devient plus inquiétante si elle vous fait louper le passage du marchand de sable! En effet, si le spectateur rate le train du sommeil, il mettra plus longtemps à s’endormir. Une fois ce moment crucial loupé, vous devez attendre la prochaine tranche horaire. Du coup, vos nuits sont plus courtes et vous êtes moins productive au bureau. Alors, au lieu de consommer tous les épisodes d’une saison en une soirée, faites durer le plaisir (et, surtout, armez-vous contre les spoilers)!

Accro aux séries: