Un peu comme quand on cherche ses lunettes qui sont pourtant sur notre nez, il nous arrive d’entrer dans une pièce et ne plus se souvenir pourquoi. Voici l’explication.

À qui cela n’est-il pas arrivé? On entre dans sa chambre, on regarde autour de soi, persuadé d’être là pour quelque chose… mais quoi? Pourtant, il y a quelques secondes à peine, vous saviez pertinemment bien que vous veniez récupérer votre abonnement de train laissé dans un autre sac. Non, vous n’êtes pas atteint d’amnésie passagère. Au contraire, votre cerveau fonctionne très bien.

Doorway Effect

Imaginez votre cerveau. Il n’y a pas si longtemps, les scientifiques pensaient qu’il fonctionnait comme un classeur. Il reçoit une information, la place dans le bon dossier, et rouvre ce dossier dès que c’est nécessaire. Pas si simple. Ce qu’il se passe dans nos têtes s’apparente plus au fonctionnement d’un ordinateur ultra puissant. L’étude de Gabriel A. Radvansky et de ses collègues le prouvent.

Pour le bien de l’étude, 55 étudiants ont participé à un jeu de réalité virtuelle dans lequel ils devaient déplacer des objets d’une pièce à l’autre. Une fois arrivés à destination, une image de l’objet apparaissait sur leur écran avec deux possibilités: était-ce oui ou non l’objet qu’ils transportaient à l’origine? Résultat: les réponses étaient plus lentes et moins précises quand ils avaient dû passer d’une pièce à l’autre. Pour expliquer ce phénomène, on parle de Doorway Effect.

Satanées portes

Bien qu’il semble bizarre que ce court laps de temps puisse nous ôter un souvenir si neuf, les résultats parlent d’eux-mêmes. Sauf qu’ils ne s’expliquent pas par la distance parcourue, mais bien par les portes qui séparent les pièces. Le fait de passer d’un endroit à l’autre et de franchir une porte crée une sorte de point de rupture dans nos cerveaux, un obstacle. Le simple fait d’aller de la cuisine au salon nous fait changer d’environnement physique. En général, pas de problème, mais quand la mémoire de stockage est trop pleine, paf, on bug.

Heureusement, vous parvenez à vous rappeler ce que vous faites la plupart du temps. Pour le reste, il vous faudra apprendre à vivre avec. Ou à vous passer de vos portes

Plus de réponses sur votre cerveau:

PARTAGER