Elle envahit les supermarchés et renforce les inégalités entre les hommes et les femmes: la taxe rose (ou le marketing genré) impose une conception sexiste de la consommation.

Et si le simple fait que vous achetiez une brosse à dent rose vous coûtait plus cher que si elle était bleue? L’interrogation peut paraître légère, mais elle est malheureusement bien légitime: c’est ce qu’on appelle la « taxe rose ».

DES PRODUITS DE TOUS LES JOURS

On parle de « taxe rose » pour évoquer la différence de prix entre un même produit (rasoir, chemise, gel douche… tout y passe!), destiné soit aux femmes, soit aux hommes. En d’autres mots, la taxe rose, c’est l’augmentation du produit (comme une taxe invisible) d’un bien destiné aux femmes qui ressemble en tout point à celui d’un bien destiné aux hommes, beaucoup moins cher. Elle cible particulièrement les produits de consommation quotidienne qui ne présentent pourtant pas de différences concrètes dans leurs caractéristiques principales, qu’ils soient pour les hommes ou pour les femmes.

La photo qui a mis le feu aux poudres en France: la différence de prix des rasoirs hommes et femmes chez Monoprix

MARKETING SEXISTE

Jean-Pierre Baeyens, professeur en marketing à Solvay, expliquait cette segmentation à la RTBF: « En marketing, quand on choisit les produits, les prix et la publicité, on s’adresse différemment en fonction des groupes de population. Il y a donc beaucoup de marchés de consommation dans lesquels on établit une segmentation homme/femme en se disant que la réaction au produit et au prix peut être différente. »

Le marketing augmente ses prix non pas en fonction de la valeur ajoutée Du produit, mais pour des raisons de packagings plus girly.

Si de prime abord la segmentation en marketing ne pose pas de problème particulier, le fait que celle-ci se fasse au détriment des femmes scandalise. Le marketing destiné aux femmes augmente ses prix non pas en fonction de la valeur ajoutée du produit (quasi-inexistante), mais simplement pour des raisons de design et de packagings plus girly. Du moins si l’on associe le rose aux femmes, ce qui n’est pas une évidence pour toutes.

TAXE ROSE: ELLE RENFORCE LES INEGALITES

Dans un contexte où les femmes se battent pour obtenir l’égalité des sexes, ce « marketing genré » ajoute des inégalités à de plus en plus de niveaux. Pour pouvoir prendre conscience de ces injustices, rien de mieux que de se conscientiser et d’apprendre à réagir en conséquence, notamment en prenant connaissance des alternatives à la taxe rose (lien autre article). 

SAVOIR DIRE NON: