Départs importants, intrigue qui s’essouffle: la série Elite est sous le feu des critiques. Mais ces critiques sont-elles justifiées? Attention, cet article contient des spoils de la saison 4.

Comme beaucoup d’internautes, on a dévoré la dernière saison d’Elite. Si les 3 premières saisons avaient suscité un énorme engouement, on ne peut s’empêcher de ressentir un goût de trop peu à la vue de ces derniers épisodes… La série aurait-elle dû se terminer plus tôt?

Du réchauffé?

Certes, la marque de fabrique de la série repose sur le suspens. Chaque saison démarre par un meurtre, un procès ou un événement marquant qui connaît son lot d’interrogatoires, de tensions et de révélations. Mais ce genre de processus, aussi addictif soit-il, ne peut pas se renouveler sans cesse. 3 assassinats en 4 saisons, on se demande finalement si le lycée de Las Encinas n’est finalement pas une école idéale pour former des apprentis meurtriers et des complices de meurtre. Qui plus est, la leçon moralisante “tout le monde peut basculer et devenir un tueur lorsqu’il est confronté à une situation explosive”, ça devient un peu redondant… Netflix a usé encore et encore de ce mécanisme et la saison 4 ressemble à du réchauffé.

Trop de sexe

On a rien contre les scènes de sexe dans les séries – surtout quand Netflix se montre aussi inclusif en parlant des polyamoureux, de trouple, de bisexualité, homosexualité… – cependant on se demande combien de temps dure la saison 4 si on retire les scènes de sexe. On a l’impression de passer d’une scène de sexe à l’autre, sans discussion et sans réelle intrigue. On regrette aussi la fin – très très rapide – de Nadia et Guzman. Alors que dans les petits épisodes diffusés avant la sortie de la saison 4, on voit un couple qui est prêt à tout pour poursuivre leur relation, ici leur histoire d’amour prend rapidement fin et Guzman tourne la page en 15 minutes pour se lancer dans une love story avec une des nouvelles recrues… On ne sait pas vous, mais, personnellement, la fin d’une première grosse histoire d’amour signifiait des pleurs et des pleurs pendant des semaines…

Un casting affaibli

On s’en doutait un peu quand Netflix avait annoncé le départ de Carla, Lucrecia et Nadia, on savait pertinemment que la série aurait dû mal à palier l’absence de son trio de jeunes femmes charismatiques. Malgré l’arrivée de nouveaux élèves au profil intriguant, on ressent vraiment l’absence de nos anciennes héroïnes et on se demande si le final de la saison 3 n’était pas la fin parfaite pour cette série qui a déjà été prolongée pour une cinquième saison…

+ d’articles série