Peintre, auteure, chanteuse, Claire Laffut sublime sa vie dans des chansons pop ensoleillées, chaloupées, coloriées, qu’elle décline également sur des toiles grand format. Le premier album de l’artiste belge de 27 ans nous immerge dans son imaginaire poétique. Texte: Isabelle Blandiaux. Photo: Charlotte Abramow.

Bleu Claire

« Je suis une bleue et je l’assume. Mon premier album s’appelle Bleu parce qu’il parle de mon arrivée à Paris, de mes premiers pas dans la musique », nous raconte Claire Laffut, chevelure cobalt entourant un visage d’elfe à la fois malicieux et onirique. Originaire d’Auvelais, dans la Basse-Sambre, elle s’essaye dès 16 ans au mannequinat, une expérience qui lui laisse un arrière-goût amer. De rencontre en rencontre, dans l’effervescence des nuits parisiennes, sa route croise celle de musiciens. Pour rigoler, un soir de répète, elle se retrouve en studio, devant un micro, et c’est la révélation. Les titres Mojo et Vérité ont suivi, la révélant au grand public il y a trois ans. Retardé pour cause de pandémie, son disque Bleu nous plonge dans les pigments des toiles qu’elle peint en correspondance avec chacun de ses morceaux.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Ce dossier fait partie de notre contenu +. Pour y accéder gratuitement, inscrivez-vous ci-dessous!

Poursuivre votre lecture ?
Vous souhaitez poursuivre votre lecture et avoir un accès illimité à nos articles? Créez vite un compte et plongez dans l’univers Gael.be!
Crééz un compte gratuit en une minute et obtenez un accès illimité aux articles Gael.be

Retrouvez cette interview en intégralité dans le GAEL de septembre, disponible en librairie!

Lisez aussi: