Ce n’est pas parce que le soleil est de retour qu’il faut délaisser les salles obscures! On vous donne 5 bonnes raisons de filer au ciné.

01

« La Belle et la Bête » de Bill Condon

Disney revisite le dessin animé de 1992 en live action, avec Emma Watson prisonnière d’une bête dont elle tombe amoureuse. Excellemment écrit par Linda Woolverton (aux manettes de l’Alice de Burton, de Maléfique et du Roi Lion), le film fait revivre la magie du conte en donnant toute sa place aux parties chantées. Mis en scène comme un opéra, le film s’offre la présence de Kevin Kline et d’Emma Thompson et s’autorise quelques modernisations inattendues.

  • En salles
02

« Ghost in the shell » de Rupert Sanders

Après le succès culte des mangas d’animation des années 2000, le remake live de la franchise cyberpunk voit enfin le jour. Signé Rupert Sanders (Blanche-Neige et le Chasseur) avec la voluptueuse Scarlett Johansson (Lucy) dans le rôle de Major Mokoto (mi-femme, mi-cyborg à la recherche de son passé), tourné entre Hong Kong et la Nouvelle-Zélande (avec les effets spéciaux de Peter Jackson — Le Seigneur des anneaux), le film réjouira les amateurs de SF stylée.

  • Sortie le 29/03
03

« Paris pieds nus » de Fiona Gordon et Dominique Abel

Couple à la ville comme à l’écran, le duo bruxellois Abel et Gordon (Rumba, La Fée) poursuit son exploration poétique des êtres à travers une ballade lunaire et cabossée dans Paris. Gracieux, burlesques, les deux acteurs (il est français, elle est canadienne) au talent clownesque offrent une échappée réjouissante à la morosité ambiante, avec aussi Emmanuelle Riva dans son dernier rôle.

  • En salles
04

« The Lost City of Z » de James Gray

L’un des plus grands cinéastes contemporains s’attaque à la découverte d’une cité amazonienne perdue. L’audacieux James Gray (La nuit nous appartient, Two Lovers, The Immigrant) signe une fresque historique et métaphysique d’une ampleur rare, lancée sur les traces de Percy Fawcett, explorateur britannique hanté toute sa vie par une cité légendaire dans la forêt amazonienne. Sublimement éclairé par Darius Khondji (chef opérateur de Fincher, Polanski et Haneke), produit par Brad Pitt (qui devait à l’origine tenir le rôle de Charlie Hunnam), le film est traversé de scènes visionnaires et oniriques dans la forêt tropicale. Sienna Miller y trône, impériale, en femme d’explorateur avant-gardiste qui traverse le 20e siècle.

  • En salles
05

« Sage Femme » de Martin Provost

Noceuse, joueuse, buveuse, squatteuse, à bout de souffle, mythomane et follement romanesque, Catherine Deneuve est à peu près tout cela dans Sage Femme de Martin Provost (Séraphine), suivant la folle équipée d’une gourgandine qui remet le grappin sur une femme dont elle a été proche (Catherine Frot, excellente en sage-femme). De leur rencontre naîtra une amitié émouvante. On saluera au passage la présence d’Olivier Gourmet, qu’on n’avait pas vu aussi bon depuis longtemps. À ses côtés dans un camion, Deneuve révèle encore une fois la séduction grandiose de son jeu et l’aura étonnante d’une immense actrice comique.

  • En salles

Au rayon ciné: