Une pièce parfaitement à l’image de sa scénariste: drôle et pétillante. Avec « Cherche l’amour », Myriam Leroy aborde, avec humour, les rencontres virtuelles.

Adopteunmec.com, Tinder, Happn, Meetic,… On ne compte plus le nombre d’applications qui fleurissent sur Internet. Bien que parfois utiles pour trouver l’amour, elles donnent surtout naissance à des situations cocasses. Au travers d’une dizaine de sketchs, « Cherche l’amour » nous embarque dans les plus farfelues d’entre elles.

Un carton

C’est face à une salle quasiment comble depuis la fin du mois d’août que les quatre comédiens entrent en scène. Une lumière tamisée, des chansons qu’on connait reprises par des artistes qu’on connait moins, un décor de bistro de quartier. Durant plus d’une heure, les scènettes se croisent, ne se ressemblent pas, mais sont connues de tous. «Kevin, 33 ans, super winner, cherche super winneuse », « Sophie, 40 ans, cherche type qui dira des atrocités en lui claquant les fesses…». Tant de personnages interprétés à la perfection par des comédiens qui donnent l’impression d’avoir réellement vécu chacune des situations.

Une plume, un décor

Si l’écriture moderne et tranchée de Myriam Leroy dresse à merveille le portrait de cette drôle de société, rien ne serait possible sans la mise en scène signée Nathalie Uffner qui porte le texte. En plus des costumes savamment choisis, les décors donnent l’ambiance parfaite. Entre la rencontre entre deux homosexuels grabataires et celle d’un couple coincé avec des échangistes, on ne sait plus où donner du rire. Une chose est sûre: « Cherche l’amour » fait du bien à vos zygomatiques.

Cherche l'amour - Myriam LeroyUne pièce tellement agréable qu’elle a été prolongée jusqu’au 18 novembre au Théâtre de la Toison d’Or à Ixelles. N’est-ce pas la preuve qu’il faut réserver?

Plus de culture: