On pensait être mal réveillées, mais c’est bien officiel: Donald Trump sera le 45e président des États-Unis. On réalise donc qu’à défaut d’avoir élu la première femme à la tête des USA, les Américains ont voté en majorité pour un homme qui n’aime pas les femmes.

Au cours de sa campagne comme bien avant de se lancer dans la course à la Maison Blanche, l’ex-homme d’affaires n’a pas manqué d’éloquence en matière de misogynie et d’irrespect envers la gent féminine: voici 5 de ses nombreuses déclarations à ne surtout pas oublier.

1. « Si Ivanka n’était pas ma fille, je pourrais sortir avec elle. »

En 2006, sur le plateau de l’émission The View, Trump déclare cette étrange phrase sans l’ombre d’un regret. Moment de gêne sur le plateau (et pour sa fille, juste à côté).

2. « Je comprends qu’il l’ait quittée pour un homme. »

En 2012, sur son compte Twitter, Trump s’attaque à la journaliste Ariana Huffington (fondatrice du site d’info du même nom). Dans un message cinglant, il affirme « Ariana Huffington est aussi laide à l’intérieur qu’à l’extérieur. Je comprends que son mari l’ait quittée pour un homme – il a pris la bonne décision. »

3. « Si Hillary Clinton ne peut pas satisfaire son mari, comment peut-elle satisfaire le pays? »

En pleine campagne, l’alors candidat du Parti républicain tâcle son adversaire démocrate, à nouveau sur Twitter – c’est qu’il est connecté, ce Trump! En s’attaquant à la vie privée d’Hillary Clinton, il tente de la déstabiliser mais n’assumera finalement pas son tweet, supprimé quelques minutes plus tard.

4. « On pouvait voir du sang couler de ses yeux… du sang sortir de… partout. »

Vexé par une interview menée par la présentatrice de Fox News Megyn Kelly, le milliardaire l’accuse de l’avoir agressé verbalement… parce qu’elle avait ses règles. La classe Trump incarnée. La journaliste répondra tout de même (ou presque) à l’invective en vidéo, quelques jours plus tard.

5. « Robert Pattinson ne devrait pas récupérer Kristen Stewart. Elle l’a trompé comme une chienne et elle recommencera! »

Une dernière pour la route: visiblement passionné par les ragots people, Trump s’intéresse en 2012 à l’affaire Kristen Stewart-Robert Pattison, convaincu que l’acteur de Twilight ferait mieux de laisser tomber sa « chienne » d’ex. Insultant? À peine… Surtout quand on sait que Donald Trump est un modèle en matière d'(in)fidélité.

Envie de quelque chose de vraiment inspirant? Lisez ces 5 faits sur l’engagement de Diane von Furstenberg pour l’empowerment féminin!