C’est LE film ultra attendu de ce début d’année: si vous n’étiez pas convaincue, on vous donne 3 bonnes raisons de courir découvrir « La La Land » au ciné.

Certains films tiennent du miracle. « La La Land », le second film de Damien Chazelle (« Whiplash »), est de ceux-là. Sebastian (Ryan Gosling en mode Gene Kelly) et Mia (Emma Stone, craquante) tentent leur chance pour réussir dans le cœur battant de Los Angeles. Le film, qui a triomphé aux Golden Globe Awards, réinvente la comédie musicale et pousse les qualités du genre à son paroxysme dans un éblouissement visuel inouï, quelque part entre Jacques Demy et « Chantons sous la pluie ». Pourquoi on court le voir en salles?

La La Land

01

Parce qu’on avait adoré « Whiplash »

Son film « Whiplash » était le coup de poing ciné de 2014. Succès public et critique, il raconte l’histoire d’Andrew, jeune batteur de jazz intégrant un conservatoire prestigieux à New-York, où il fera la fracassante rencontre de Terence Fletcher, tyrannique et génialissime professeur un peu trop influencé par Charlie Parker. Un petit bijou cinématographique qui fait de Chazelle le nouveau réalisateur qui compte.

02

Parce que la B.O est géniale

« La La Land », c’est aussi (et surtout) une bande originale qu’on ne s’enlève pas de la tête: composée par Justin Hurwitz, qui avait déjà prêté main forte à Chazelle sur ses deux premiers films, la B.O (inspirée des musicals des années 20) est interprétée en grande partie par les acteurs eux-mêmes, avec quelques guests en prime, comme John Legend qui signe le très swing « Star a fire ». Notre coup de cœur: « City of Stars », où l’on découvre la douce et jolie voix d’Emma Stone.

03

Parce que… Ryan Gosling

Oui, on est basiques, et on assume: si Ryan Gosling n’avait plus besoin de nous convaincre quant à sa bogossitude sans pareille, son charisme et son jeu d’acteur irréprochable, on est à nouveau éblouie devant le talent de l’acteur canadien qui semble nager comme un poisson dans l’eau dans le registre de la comédie musicale à l’ancienne. Parfait, on vous dit.

via GIPHY

Plus de culture: