Si l’expression « femme de pouvoir » avait un visage, ce serait sans nul doute celui d’Oprah Winfrey. La « TV-host » et actrice est activiste depuis des années, mais elle prend de plus en plus part à la cause féministe depuis les évènements #MeToo. Voilà pourquoi certains aimeraient la voir élue présidente des USA en 2020.

Activiste et féministe

La « femme la plus influente de sa génération« , la « plus importante philanthrope noire de l’histoire américaine »… Les magazines ne tarissent pas d’éloges pour qualifier Oprah Winfrey. Avec son réseau Angel, elle a collecté plus de 50 millions de dollars pour des programmes caritatifs, qui oeuvrent notamment pour l’éducation des filles en Afrique du Sud et l’aide aux victimes de l’ouragan Katrina.

Oprah Winfrey est également très engagée dans la lutte pour les droits des enfants. En 1994, Hillary Clinton a même approuvé un projet de loi Winfrey, qui a abouti à la création d’une base de données sur les agresseurs d’enfants condamnés. En septembre 2002, Oprah a été la première à recevoir le prix humanitaire Bob Hope de l’Académie des arts et des sciences de la télévision. Au début de cette année, elle a reçu le prix Cecil B. DeMille aux Golden Globes, un prix décerné à une personne ayant apporté une contribution spéciale au monde du divertissement. Une remise de prix marquée par l’un de ses meilleurs discours; un speech très personnel, féministe et chaleureux et une vraie invitation à la tolérance et à l’égalité.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Golden Globes (@goldenglobes) le

Plus jamais de « me too »

Le fait qu’elle soit la première femme noire a recevoir ce prix semble avoir renforcé son côté ‘role model’ auprès des jeunes filles: « J’apprécie plus que jamais les médias en cette période compliquée », a déclaré Winfrey. « Ce que je sais, c’est que dire la vérité est notre arme la plus puissante. Je suis fière et inspirée par toutes les femmes qui ont été assez fortes pour partager leurs histoires personnelles. Il y a bien trop longtemps que les femmes n’ont pas été entendues ou crues lorsqu’elles ont opposé leur vérité au pouvoir des hommes, mais ce temps est révolu. »

Elle termine son discours sur une note pleine d’espoir: « Je veux que toutes les filles concernées sachent qu’un nouveau jour s’annonce. Et quand ce jour viendra, ce sera grâce à toutes les femmes fantastiques et à certains hommes courageux qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour devenir les leaders qui nous mèneront à un moment où personne n’aura plus jamais à dire «me too». »